En peignoir à Vichy

Thermes des Dômes à Vichy
Par défaut

Vichy ville thermale

Ayant vu une affiche proposant 3 soins à 30 euros aux Thermes des Dômes à Vichy, nous avons eu envie d’essayer et de découvrir une nouvelle facette de notre ville : le thermalisme.

Le Printemps du Thermalisme

Rendez-vous pris pour le 16 mai. Il faut juste apporter un maillot de bain, un bonnet et des sandales anti-dérapantes, les peignoirs et serviettes sont fournis. Vous pouvez ajouter à cette liste une tenue de sport si vous voulez profiter de la salle de cardio-training et un gobelet pour boire les tisanes proposées dans la salle de repos.

A l’accueil, on nous a remis notre planning de soins. Facile à organiser dans notre cas, mais c’est un exercice autrement plus complexe quand il s’agit d’établir le programme d’une cure de trois semaine : réussir à caser chaque jour (et pour chaque curiste) les soins à un horaire précis, pour une durée précise et dans une salle de soin précise… Chapeau pour l’organisation !

Nous nous sommes changés et avons revêtu l’uniforme du curiste : maillot de bain sandales et peignoir blanc auquel il faut ajouter le petit sac en plastique transparent pour garder quelques affaires au sec (un bouquin, des mots croisés, bref de quoi patienter tranquillement), la clé de son casier et sa « feuille de route ».

Nous sommes arrivés vers 10h pour profiter du sauna, du hammam et du bain bouillonnant avant nos soins qui commençaient à 11h45 par la mobilisation dynamique, suivie d’un bain avec douche en immersion et enfin une douche mixte.

Thermes des Dômes

C’était la première fois que nous poussions la porte des Thermes des Dômes, conçus par l’architecte Charles Lecoeur en 1903. L’entrée se trouve derrière le dôme pseudo-byzantin. Le bâtiment a été classé monument historique en 1989.
Bien sûr, vous y trouverez des installations plus modernes, mais la mosaïque au sol, les rampes d’escalier et plein d’autres petits détails sont toujours là.
D’anciennes machines (pas très tentantes) sont exposées près des vestiaires. On veut nous rappeler que la cure n’est pas une sinécure ?  Madame de Sévigné, venue en cure à Vichy, écrivit d’ailleurs que c’était « une assez bonne répétition du purgatoire ».

Pourtant, tout y est parfaitement pensé pour que les curistes se sentent bien ici. J’ai discuté avec plusieurs personnes qui viennent chaque année pour une cure de trois semaines, ou plus occasionnellement pour une parenthèse de 5 jours. Il y règne une ambiance particulière, on se sent un peu en dehors du monde. Les curistes se retrouvent et papotent. D’autres préfèrent le calme de la lecture, installés sur un transat ou somnolent un peu, en attendant l’heure de leur prochain soin.

Justement, il est l’heure pour nous de se plonger dans la piscine d’eau thermale pour la mobilisation dynamique. Dans une eau à 35°C, on fait travailler les muscles et les articulations. Petits tours de bassin en courant et exercices divers en prenant appui sur des barres. Nous voici prêts pour la suite, qui s’annonce plus tranquille avec le bain avec douche en immersion. Plongé dans une eau thermale à 35°C, vous n’avez qu’à vous détendre pendant que des jets vous massent le long des jambes, des cuisses et du dos. Ce bain d’eau thermal permet une activation de la circulation du sang vers le cœur et procure un bien-être général. J’y serais bien restée plus que les 13 minutes réglementaires.

Après chaque soin, une serviette chaude nous attend. On enfile son peignoir et on se dirige vers la salle de soin suivante, indiquée par notre planning. Les personnes qui dispensent les soins sont vraiment formidables, souriantes et attentives à chaque curiste.
Je terminerai donc cette matinée avec Lydie pour la douche mixte. Tout d’abord, une douche réalisée sur l’abdomen, pour un effet stimulant sur le foie. Ensuite, debout, un jet à puissance réglable vous balaie le corps, pour un effet tonique et raffermissant.

Accros au peignoir

Nous avons quitté un peu à regret notre peignoir blanc.
Nous avons vraiment passé un bon moment et renouvellerons sans doute l’expérience une autre fois.

J’ai aimé aussi voir un peu ce que vivent les nombreux curistes qui viennent chaque année à Vichy.

Je pense que je pourrais rapidement devenir accro au peignoir. C’est d’ailleurs sur ce thème que communiquent Les Routes des Villes d’Eaux du Massif Central, dont fait partie Vichy, avec leur campagne Les Accrocs du Peignoir. Ils ont même fait appel à des carnettistes qui ont réalisé des reportages dessinés dans les différentes villes thermales. Les dessins ont été publiés dans un carnet, le « Manuel à l’usage des porteurs de peignoir », qui n’a malheureusement pas été mis en vente (mais que vous pouvez consulter ici), et que je n’ai pas réussi à gagner aux différents concours organisés.

Si quelqu’un parmi les personnes chargées de la communication des Routes des Villes d’Eaux me lit… 🙂 Un grand merci à Stéphane Huin, qui a eu la gentillesse de m’offrir un exemplaire de ce manuel, dont je vous parlerai plus en détail prochainement.

Livre "Manuel à l'usage des porteurs de peignoir

En savoir plus

Le Printemps du Thermalisme à Vichy
Thermes Les Dômes à Vichy

La Route des Villes d’Eaux
Les Accros du Peignoirs

Les images qui illustrent cet article viennent du site des Thermes du Dôme. Mon téléphone n’aimant pas trop l’humidité, je l’ai laissé dans mon casier et je n’ai donc pas fait de photos (et j’étais très heureuse de simplement profiter de cette matinée de détente et de déconnexion). Je ne voulais d’ailleurs pas faire d’article au départ, mais ça m’a tellement plu que j’ai eu envie de vous en parler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *