A toute vitesse sur le Lac d’Allier

Championnat du Monde de Ski Nautique de Vitesse - Vichy 2019
Par défaut

Notre paisible Lac d’Allier est méconnaissable cette semaine avec les Championnats du Monde de Ski Nautique de Vitesse. Un spectacle étonnant et qui fait des vagues !

Le ski nautique de vitesse

J’ignorais totalement l’existence de cette discipline avant que Vichy la sportive n’accueille le Championnat du Monde.
Depuis samedi et jusqu’à dimanche, les courses s’enchainent, avec des concurrents venus des 4 coins du monde pour s’affronter sur le plan d’eau tout neuf.

Championnat du Monde de Ski Nautique de Vitesse - Vichy 2019

Une équipe et un objectif : la vitesse !

Un pilote, un observateur et un skieur constituent les équipes.
Le pilote doit savoir dompter les 1.200 chevaux de son bolide et prendre les bonnes trajectoires, accélérer ou ralentir en fonction des indications de ses équipiers.
Assis dos à la course, l’observateur veille sur le skieur et communique avec lui par signes.
Au bout d’un câble de 50 mètres de long, sur des skis spécialement conçus pour la vitesse, le skieur peut atteindre plus de 180km/h !

Championnat du Monde de Ski Nautique de Vitesse - Vichy 2019

Les règles du ski nautique de vitesse sont simples : il faut être le plus rapide possible, sur un circuit ovale de 1800 mètres, durant un temps défini, variable en fonction de la catégorie.

Vichy Terre de Jeux

Ce n’est pas une première pour Vichy la sportive. Le Club Nautique de Vichy a déjà organisé de multiples championnats internationaux, dont les Championnats du Monde de Ski Nautique, l’année de création du bassin, en 1963.

Spectacle garanti !

Hier après-midi, nous sommes allés voir de plus près, pensant juste faire quelques photos et repartir. Nous avons suivi avec plaisir toute la course (plus d’une heure !) en faisant le tour du plan d’eau pour apprécier les différents points de vue. Et nous avons adoré le spectacle !

Les bateaux passent très près du public (attention au vagues !) et on se prend au jeu. C’est impressionnant de voir les skieurs, dans le sillage de ces bolides qui se frôlent à toute vitesse, maitrisant parfaitement les trajectoires.

C’est un peu étonnant aussi de voir une telle compétition dans ce lieu que l’on connait pour nos balades au bord de l’eau, de voir ces vagues sur le Lac d’Allier.
Vichy est vraiment une ville à part, avec de multiples facettes !

Pas simple avec nos petits appareils photos et la vitesse de capturer de belles images, mais nous en avons pris plein les yeux (et le oreilles un peu aussi). La lumière était en plus magnifique hier sur le Lac d’Allier.

www.vichy2019.com

De 11h à 14h : Entrainements officiels
De 15h à 18h : Démonstrations Formule 3

11h : OPEN ET FORMULE 2 FEMMES (45 minutes et 1 tour)
13h30 : JUNIORS FILLES ET GARCONS (30 minutes et 1 tour)
16h : OPEN ET FORMULE 2 HOMMES ( 60 minutes et 1 tour)
18h00 : REMISE DES PRIX

De 11h à 14h : Entrainements officiels
De 15h à 18h : Démonstrations Formule 3

11h : OPEN ET FORMULE 2 FEMMES (45 minutes et 1 tour)
13h30 : JUNIORS FILLES ET GARCONS (30 minutes et 1 tour)
16h : OPEN ET FORMULE 2 HOMMES ( 60 minutes et 1 tour)
18h : REMISE DES PRIX

De 11h à 18h : Remise des récompenses, cérémonie de clôture et repas de gala

[ Lieu pas commun ] Le Petit Théâtre Impérial

Le Petit Théâtre Impérial
Par défaut

C’est à Agatha Christie que je dois ma première visite au Petit Théâtre Impérial.
Je l’ai croisée un jour sur une affiche au Parc des Sources. C’était en mars 2018.
Depuis, je suis retourné quelques fois dans ce lieu pas commun, qui propose des rencontres autour d’un thème ou d’une personnalité, mais aussi des spectacles.
Un lieu que j’aime et dont j’avais envie de vous parler.

Un lieu pour un rêve

A l’origine du Petit Théâtre Impérial, il y a le rêve de Sylvain Beltran-Lamy de vivre de sa plume et d’avoir un endroit où il pourrait partager sa passion pour la littérature, l’Histoire et le théâtre.

Un endroit totalement indépendant où il serait libre de proposer ses pièces, mais aussi des entretiens littéraires, des masterclass, ou des rencontres autour d’un thème d’actualité, de société ou d’Histoire.

Sylvain Beltran-Lamy et Marc Tiger ont entièrement transformé ce lieu pour en faire un théâtre de poche, véritable écrin pour des moments précieux d’échanges avec leurs invités et le public.

Le Petit Théâtre Impérial

Juste à côté du Parc des Sources

Le Petit Théâtre Impérial vous accueille tout à côté du Parc des Sources.
Sur la vitrine, les affiches colorées vous annoncent les prochains rendez-vous.

Dès le seuil franchi, on change d’atmosphère.
Avec le piano, le canapé et les fauteuils de velours, les lampes posées sur les tables anciennes, et les photos rappelant la venue d’invités prestigieux, ce lieu ouvert il y a dix ans, a le charme des endroits chargés d’histoires.

L’endroit est tout petit, tout en longueur, avec la salle tout au fond. On y est au calme, loin des bruits de la rue.
Il peut accueillir 70 spectateurs, avec des chaises qui permettent de s’adapter à l’affluence.
Des rideaux rouges qui drapent la scène : pas de doute, nous sommes bien dans un théâtre.

Sa petite taille en fait aussi sa particularité, une vraie proximité plébiscitée autant par le public que par les invités, qui sont d’ailleurs nombreux à revenir régulièrement, tant ils apprécient l’accueil.

Patrick Poivre d’Avror, Gonzague Saint Bris, Jean d’Ormesson, Alain Duault, Pierre Douglas, Eve Ruggieri, Jacques Weber, Yann Queffélec, et tant d’autres… la liste serait bien trop longue pour citer tous les invités qui se sont succédés sur la scène du Petit Théâtre Impérial !

Une programmation riche et variée

Il y en a pour tous les goûts au Petit Théâtre Impérial !

Tout au long de l’année, pour le plus grand plaisir d’un public de fidèles ou de spectateurs d’un jour attirés par le thème, il organise des rencontres littéraires, des entretiens publics ou des conférences sur des sujets variés. On y parle d’Histoire, de société, de littérature, d’art.

Le Petit Théâtre Impérial est aussi un laboratoire qui permet de tester un spectacle avant de partir en tournée.

Au programme pour ce mois d’août 2019 : une comédie légère avec « M’sieur Offenbach cherche danseuse au pied levé ! », « Tchekhov Forever », inspiré de la vie du célèbre dramaturge, et deux Thémas consacrés à la Libération (le 14 août) et à Jean Carmet (le 22 août).

Au Petit Théâtre Impérial en août 2019

J’ai chaque fois été impressionnée par la qualité des intervenants et des entretiens. L’esprit chansonnier est là aussi, et Bernard Mabille, Thierry Rocher et Philippe Chevallier, des habitués, reviennent les 23 et 24 août prochains avec La revue des Chansonniers « Mabille, Rocher et Chevallier en plein cure ! »

Le Petit Théâtre Impérial célébrera ses 10 ans en novembre 2019.

Et pour être sûr de ne rien rater de leur programmation, vous pouvez vous abonner à leur newsletter ou les suivre sur Facebook.

Pour plus d’informations

Petit Théâtre impérial
12 rue Source-de-l’Hôpital 03200 Vichy.
Réservations au 04.70.31.31.31 ou sur le site Internet www.sbcnews.fr.

Le site internet du Petit Théâtre Impérial
Sa page Facebook

[ Expo ] Il était une fois la Reine des villes d’eaux

Exposition "Il était une fois la Reine des villes d'eaux" - Vichy - 2019
Par défaut

Le nom de Vichy m’évoque Napoléon III avec la fête qui le célèbre chaque année, la Belle Époque avec ses belles villas, le gouvernement de Pétain, ou les pastilles et les produits de beauté. Mais comment un petit bourg avec des sources connues depuis les romains est-il devenu la Reine des villes d’eaux ?
2000 ans d’histoire à découvrir dans une exposition événement, jusqu’au 3 novembre au Palais des Congrès.

Des origines au Vichy de demain

Des premières traces d’occupation aux projets pour demain, de l’agglomération romaine d’Aquæ Calidæ à Vichy candidate au patrimoine de l’UNESCO, l’exposition vous guidera au fil des époques et des étapes marquantes pour la ville.
Un parcours jalonné de dispositifs interactifs qui complètent les objets, les films et les documents choisis pour résumer cette histoire tellement riche. On peut, par exemple, localiser sur une carte les emplacements des objets trouvés lors des fouilles ou d’anciens bâtiments.
De petits quiz ponctuent aussi le parcours (je n’ai trouvé que 6 des 7 erreurs dans la salle consacrée à la naissance d’une ville d’eau…).
Du plafond, sont diffusées des ambiances sonores et même des odeurs !
Et en levant les yeux, on admire aussi les détails des salles du Palais des Congrès qui sert d’écrin à l’exposition.

Un parcours chronologique et 4 thématiques

Grâce aux 7 temps chronologiques, complétés par 4 présentations thématiques , l’histoire de Vichy n’aura plus de secret pour vous !

Les 7 temps chronologiques :

Aux origines, Aquae Calidae
L’émergence d’une ville d’eaux
La ville d’eaux impériale
Vichy Belle-Epoque
Vichy carrefour international
Vichy capitale de l’État Français
Vichy se réinvente

Les 4 thématiques :

La Journée du curiste
L’eau élément essentiel
Les métiers d’une ville thermale
Vichy un nom qui rayonne

Les déplacements peuvent donner une impression de labyrinthe où l’on aperçoit par endroit les autres salles, mais en suivant les flèches, on se laisse guider d’un chapitre à l’autre de la vie de Vichy.

On retrouve les chaises blanches que l’on voit sur les photos anciennes du Parc des Sources un peu partout, et c’est agréable d’y faire une pause, pour regarder un film ou lire un texte avant de repartir à la découverte de cette exposition dense et passionnante.

Une expo à voir et à revoir

J’ai vraiment aimé cette exposition et j’y retournerai régulièrement pour étudier de plus près chaque thématique, revoir et admirer encore les trésors exposés (et chercher la 7e erreur du quiz de 2e partie). La scénographie est superbe et nous plonge vraiment dans des ambiances différentes.

Le billet d’entrée comprend aussi la visite de la salle de l’Opéra (Opéra ouvre-toi !) et l’exposition de robes de la Fondation Vassiliev (déjà présentée pendant la Fête Napoléon III en avril).

Comptez une heure trente à deux heures de visite pour avoir le temps de tout voir. Il peut aussi être agréable de la voir en plusieurs fois, et de profiter des animations proposées régulièrement.

Un Pass nominatif existe (au prix de 15 euros), pour un accès illimité. Pensez à le demander en achetant votre billet.

Plus d’informations

Exposition au Palais des Congrès de Vichy jusqu’au 3 novembre 2019.
De nombreuses journées thématiques et animations sont proposées.

Tous les détails sur le site de la ville et sur Vichy Destinations.
 

[ Spectacle ] Vous qui savez ce qu’est l’amour à l’Opéra de Vichy

spectacle "Vous qui savez ce qu'est l'amour" à l'Opéra de Vichy
Par défaut

Si vous suivez ce blog, vous savez combien j’apprécie la programmation de l’Opéra de Vichy. Depuis deux ans, j’ai pu y voir toute sorte de spectacles, des plus classique aux plus étonnants. C’est dans cette dernière catégorie que je classerais « Vous qui savez ce qu’est l’amour » avec Romi Estèves. Et c’était bien !

Raconter Les noces de Figaro

Romi Estèves est mezzo soprano, comédienne et danseuse. Dans l’envers du décor de l’opéra Les noces de Figaro, et accompagnée par Jéremy Peret aux guitares, elle nous en raconte l’histoire, incarnant tour à tour les différents personnages (avec une préférence pour Chérubin).

Les scènes de l’opéra alternent avec le parcours de Romi, petite fille qui aimait chanter, puis qui découvre le chant lyrique et rêve d’incarner Chérubin. Les castings, les répétitions avec le metteur en scène, les soucis de costumes, bref, tout le travail de création est évoqué sur un rythme effréné.

La salle était loin d’être pleine, mais le public présent a apprécié le spectacle, qui a été ajouté au programme d’été au dernier moment par Martin Kubich, qui l’avait vu à Paris (il sera d’ailleurs jouer à nouveau à l’Athénée en 2020).

Même si je me suis trouvée un peu perdue pendant quelques minutes, vers la fin, dans le tourbillon des personnages (mais je ne connais pas par cœur l’histoire des Noces de Figaro), j’ai beaucoup aimé l’énergie et la manière originale de parler du monde de l’Opéra.

Le prochain événement dans mon agenda ? Le Bal de l’Opéra, le 14 juillet à 20h.
Et vous ?

Retrouvez toute la programmation de l’été sur le site de l’Opéra de Vichy.

[ Coup de cœur ] Sur un air de Priscilla Folle du désert

"Sur un air de Priscilla Folle du désert" comédie musicale Sansat
Par défaut

Nous vous avons déjà parlé de Sanssat et de ses comédies musicales. Il y a quelques semaines, nous avons même pu assister à une répétition et voir un peu les coulisses du nouveau spectacle.
Hier soir avait lieu la première représentation de
« Sur un air de Priscilla Folle du désert » et nous étions là.

En venant de Vichy, en raison des travaux à Billy, il fallait passer par Saint-Félix. Mais pas de problème, ils ont pensé à tout et la route est très bien indiquée, il suffit de suivre les affiches.
A l’entrée du village, on nous indique où se garer. Tout est parfaitement organisé.

Arrivés un peu avant 20h (on craignait la chaleur en ces temps de canicule), on découvre la scène et les chaises bien alignées qui attendent encore le public.

En coulisse, le show se prépare

Avant de nous installés, nous faisons un tour en coulisses, guidés par Angie.
On retrouve l’ambiance de la répétition d’avril, mais cette fois, la scène est montée, les costumes sont prêts et les décors en place.
On peut même voir de près le fameux bus, Priscilla, qu’ils ont terminé de décorer quelques heures plus tôt.

Pas de stress apparent en coulisses, mais des sourires.
On savoure notre chance : voir les ultimes préparatifs et l’effervescence des derniers instants avant la première !

L’école de Bransat en première partie

Cette année, c’est l’association Eternity Papillon Danse, qui a assuré la première partie. Ils utilisent des accessoires, comme des ailes, des ballons ou des éventails dans leurs chorégraphies.
Pendant 50 minutes, petites et grandes ont enchaîné les tableaux colorés, sous le regard de Cynthia Blond, qui a créé cette école de danse à Bransat.
Nous avons aussi croisé les petites artistes en coulisses et elles ont pris la pose pour nous.

En attendant que la nuit tombe, petit passage à la buvette et au stand de hot dogs/crêpes/sandwiches. Tous les bénévoles sont au top et l’ambiance est vraiment très sympa.

La nuit est tombée. Place au spectacle !

Les lumières s’éteignent et les premières notes de musique de l’orchestre retentissent (car tout se fait en live à Sanssat). C’est parti pour le show !

L’histoire : Deux travestis et une transexuelle vont traverser l’Australie, à bord d’un bus surnommé « Priscilla », pour se produire dans un casino.
En cours de route, ils tombent en panne et ils doivent faire face à la réaction des gens qu’ils rencontrent, entre l’hilarité et l’hostilité, incrédulité et tolérance. Un voyage au rythme des années 80, dans un univers coloré et plein de paillettes, mais pas seulement…

Pas de temps morts, lumières, décors, costumes, chorégraphies, chants, on en prend plein la vue et c’est GÉNIAL ! Quelle énergie sur scène ! On a adoré !
A deux heures du matin, on n’avait pas envie que ce soit terminé.
Pourtant, il fallait bien rentrer, avec en tête des airs de Cyndi Lauper, Gloria Gaynor, Madonna … des airs de Priscilla Folle du Désert !

Merci à toute l’équipe d’ASCM Comédie Musicale Sanssat pour leur accueil, et pour nous avoir laissé nous promener dans les coulisses. Nous n’oublierons pas cette soirée.

Et en attendant de revenir à Sanssat, nous avons maintenant la collection complète des DVD pour voir les précédents spectacles !

Bravo à tous les bénévoles qui travaillent pendant des mois à répéter, mais aussi créer les costumes et les décors. Difficile d’imaginer que l’on va voir un spectacle d’une telle qualité dans un petit village de l’Allier !

"Sur un air de Priscilla Folle du désert" comédie musicale Sansat
"Sur un air de Priscilla Folle du désert" comédie musicale Sansat

Il ne reste que 3 représentations pour cet été (dont ce soir).

On vous conseille vraiment d’y aller, le spectacle est incroyable et l’organisation parfaite.
Vous pouvez réserver en ligne sur leur site ou tout simplement acheter vos billet sur place.

Infos pratiques

Les 29 juin et 5 et 6 juillet 2019 à Sanssat

Gratuit moins de 6 ans
6 à 11 ans : 6 €
A partir de 12 ans : 17 €

Billetterie sur place ou en ligne.

Prévoir des vêtements chauds (oui oui, même en temps de canicule, il fait frais la nuit à Sanssat).
A votre arrivée, une personne vous indiquera où vous garer.

Ouverture des portes à 19h30
Première partie : 20h30
Début du spectacle : 22h15

Mail : ascm03@free.fr
Facebook : ASCM – Comédie Musicale Sanssat
Tél . : 06.24.43.26.77

[ Visite guidée ] Au bonheur des Dames

Visite guidée "Au bonheur des dames" Vichy
Par défaut

Grâce aux visites proposées par l’Office de Tourisme, de juin à septembre, on découvre une facette différente de Vichy chaque jour de la semaine.
Cette année, deux nouveautés sont proposées, dont cette visite consacrée aux belles boutiques :
Au bonheur des dames.
Mais les messieurs sont bien sûr les bienvenus, surtout s’ils sont gourmands !

Une visite gourmande

Savez-vous que Barclay, dont on trouve les traces tout près de l’Office de Tourisme proposait le relooking complet à ses riches clients ? Qu’au restaurant Chantecler, on pêchait soi-même la truite que l’on allait manger ? Que la confiserie Au Fidèle Berger a invité les boites en fer et les langues de chat ? Qu’il y avait 3 hôtels Carlton au monde, dont un à Vichy ? Que Nicolas Larbaud (le père de l’écrivain Valéry Larbaud) avait des dons de sourcier ?

Alla, guide passionnée par Vichy, vous raconte le destin de magasins célèbres, aujourd’hui disparus et vous emmène dans les belles boutiques qui continuent de créer et proposer des produits locaux et de qualité. On admire les décors d’époques dans la Pharmacie du Parc, au Fin Palais, aux Marocains et on apprend comment sont fabriquées les célèbres pastilles chez Moinet.

Quelques dégustations ponctuent cette visite, qui se termine par une boisson dans un endroit atypique du vieux Vichy.

Un thème original pour découvrir Vichy

Je trouve que c’est vraiment une belle idée que cette nouvelle visite, qui nous parle du passé de Vichy au travers d’un thème qui peut sembler secondaire, mais qui aborde de nombreux aspects de la vie et de la société à différentes époques.
C’est plein d’anecdotes et tout le monde est heureux, même ceux qui ne sont pas spécialement fan d’histoire ou d’architecture.

Des visites variées tout l’été

Quand je suis arrivée à Vichy, pour découvrir et mieux connaitre l’histoire de ma nouvelle ville, j’ai suivi toutes les visites proposées par l’Office de Tourisme, et je me réjouis d’en voir de nouvelles régulièrement programmées.

Vous trouverez toutes les informations sur le site Vichy Destinations et à l’Office de Tourisme, rue du Parc à Vichy.

Un thème différent vous est proposé en fonction du jour de la semaine, de juin à septembre tous les jours à 15h30 :

Lundi → « Palaces et Grands hôtels de Vichy »
Mardi (et le samedi à 10h30) → « Vichy, Capitale de l’État Français 40-44 »
Mercredi → « Notre Dame des Malades , Église Saint-Blaise, Joyau d’Art déco »
Jeudi → « Vichy, Art Déco »
Vendredi → « Au bonheur des dames »
Samedi → « Second Empire, Belle Époque, âge d’or de Vichy »
Dimanche → « Belles Villas : architectures de villégiature, 1850-1930 »

Retrouvez aussi des visites théâtralisées pour un vrai voyage dans le temps :

Confidences Impérialesle mercredi à 18h
En quête de crime6 et 13 juillet – 24 et 31 août à 20h

Croquer Vichy à l’aquarelle

Croquer Vichy à l'aquarelle
Par défaut

Le challenge du jour pour notre cours mensuel d’aquarelle / carnet de voyage, c’était de dessiner le pont de Bellerive, en laissant suffisamment de place à l’eau pour travailler les reflets. Pas facile quand la lumière change tout le temps et que l’ombre disparait petit à petit. Nous avons terminé sous un soleil de plomb, mais l’avantage est que le papier sèche bien plus vite qu’en hiver.

C’était aussi un bel exercice de perspective et de travail des ombres.

Croquer Vichy à l'aquarelle
Croquer Vichy à l'aquarelle
Croquer Vichy à l'aquarelle

Les cours devaient en principe se terminer aujourd’hui, mais une séance de plus est programmée le dimanche 7 juillet.
Si ça vous tente, venez tester l’apprentissage de l’aquarelle / carnet de voyage avec nous !
Tous les renseignements sont sur le blog de Christine Flament.

Et si vous avez envie de croquer Vichy avec moi, de me faire découvrir vos endroits préférés en les dessinant, laissez-moi un message.

PORTRAIT(S) #7 – Le rendez-vous photographique de Vichy

Festival Portrait(s) #7 - Vichy - 2019
Par défaut

La 7e édition du festival vichyssois dédié au portrait en photographie vient de débuter : 10 expositions à voir jusqu’en septembre, en intérieur ou en plein air, avec une très belle sélection de photographes.

Un rendez-vous estival

L’inauguration du festival Portrait(s) est pour moi le signe que l’été est là et que j’aurai le plaisir, juste en me promenant en ville, d’admirer de belles photographies.
C’est aussi la liberté de jeter un coup d’œil en passant, ou de prendre le temps d’observer en détails toutes ces images, de venir spécialement pour les voir, de les revoir encore, avec d’autres lumières, à d’autres moments de la journée.
J’aime savoir que je vais les croiser dans mon quotidien, jusqu’au mois de septembre.

Il y a 6 lieux d’exposition, et tout est gratuit.

Philippe Halsman sur l’esplanade du lac d’Allier

Ce sera peut-être la plus vue des 10 expositions, puisque le bord d’Allier est un lieu de promenade cher aux Vichyssois.

Festival Portrait(s) #7 - Vichy - 2019

Philippe Halsman a travaillé pour les plus grands journaux américains et a signé plus de cent couvertures pour le magazine Life. Vedettes de cinéma, artistes et grands de ce monde sont ainsi passés devant son objectif, immortalisés dans des mises en scènes étonnantes ou posant de manière plus classique.

On n’imagine pas le nombre de prises nécessaires pour obtenir ce portrait, « Dali atomicus« , réalisé en 1948, sans les trucages actuels.
De sa complicité avec Dali est née une série d’images loufoques, jouant avec la célèbre moustache du peintre.

On lui doit aussi de nombreuses images de Marilyn Monroe, que vous croiserez sur l’esplanade, bondissante en robe de soirée.

Festival Portrait(s) #7 - Vichy - 2019

La « jumpology », imaginée par Philippe Halsman, c’est l’art de photographier des célébrités en train de sauter, pour obtenir des portraits plus naturels.
Marilyn Monroe, Grace Kelly, Maurice Chevalier, François Mauriac, et même le Duc et la Duchesse de Windsor se sont prêtés au jeu à l’époque !

Cette exposition est un vrai régal et je me réjouis de pouvoir la voir et la revoir tout simplement en me promenant au bord de l’Allier.

Ambroise Tézenas devant l’église Saint-Louis et devant la gare

Une autre exposition en plein air, et au cœur de Vichy, sur le parvis l’église Saint-Louis et devant la gare, fait le portrait de la ville et de ses habitants.

Ambroise Tézenas photographie des lieux bien connus des Vichyssois, mais dans une ambiance parfois un peu onirique.
Les images poétiques de celui qui se définit comme un « photographe de paysages documentaires », mettent en lumière les bâtiments remarquables de la Reine des villes d’eaux, candidate avec dix autres villes thermales d’Europe au patrimoine mondiale de l’Unesco.

Ces photos sont le fruit d’une résidence photographique, dans le cadre du festival, et sont publiées dans un livre, « Villa Mon Plaisir » aux éditions Filigranes.

Grâce à cette exposition, j’ai découvert le travail d’Ambroise Tézenas.

Dans les galeries d’exposition du Centre Culturel de Vichy

Aux murs de la grande salle d’exposition du Centre Culturel de Vichy , les visages de villageois africains photographiés par Bastiaan Woudt côtoient les images troublantes d’enfants en uniformes, rencontrés dans les pensionnats militaires d’Ukraine par Michal Chelbin. Un peu plus loin, Benni Valsson fait poser des anonymes ou des créateurs islandais dans des paysages urbains, et l’on voit grandir en photos la petite sœur, Alice, de la jeune photographe russe Turkina Faso dans des images qui mêlent étrangement fiction et documentaire.
L’Anglaise Tish Murtha a capturé la vie de ses amis et de sa famille, dressant un portrait cru d’une jeunesse désœuvrée et révoltée pendant l’ère Thatcher dans le nord de la Grande-Bretagne.

Tous ces travaux, si différents, montrent bien la diversité de l’art du portrait en photographie, tant par les sujets choisis que par leur traitement. Et les tirages sont d’une grande qualité.

Une expo à voir et à revoir jusqu’au 8 septembre 2019.

Le selfie sous toutes ses formes

Dans la deuxième salle, le photographe Olivier Culmann, commissaire invité pour cette édition 2019, a imaginé une exposition dédiée au selfie : « Selfies, Egaux/Egos ».

On y retrouve ce phénomène apparu avec les smartphones et qui prend des formes multiples, regroupées ici par catégories.
On découvre des facettes parfois méconnues de ce nouveau genre photographique, et ses buts tout aussi différents (communiquer, échanger, s’amuser, rentrer dans une communauté de pratiques, mais aussi revendiquer ou interpeller sur des faits de société plus sérieux ou graves…)

Valérie Baeriswyl à la médiathèque Valery-Larbaud

Valérie Baeriswyl est la lauréate 2019 du concours Portrait(s), avec une série de photographies documentaires réalisée au cœur d’une forêt en Haïti : « Forêt de pins« .

Je n’ai pas encore vu cette exposition, mais je compléterai cet article très prochainement.

Photo « empruntée » sur Facebook en attendant de voir l’expo – ©Valérie Baeriswyl

Dans le Hall du Centre Culturel de Vichy

Il me reste aussi à voir, dans le hall du Centre Culturel, l’exposition des travaux photographique des élèves de CP de l’école Georges Méchin et de la classe de BTS de l’ES Vichy.

Je vous en dirai plus très vite.

Festival Portrait(s) #7 - Vichy - 2019

Plus d’informations

Portrait(s) #7
7e édition du Rendez-vous photographique de Vichy du 14 juin au 8 septembre 2019.
Gratuit.
La page web du Festival Portrait(s) 2019.
La page Facebook.

[ Expo ] Habiller l’Opéra au CNCS

Exposition "Habiller l'Opéra" au CNCS - 2019
Par défaut

Dans sa nouvelle exposition « Habiller l’Opéra », le Centre National du Costume de Scène célèbre les 350 ans de l’Opéra de Paris, en retraçant l’histoire de cette institution, et l’évolution de l’esthétique du costume sur près de deux siècles.
Un gros coup de cœur pour A l’eau de Vichy !

Le CNCS et l’Opéra de Paris

La plupart des costumes exposés proviennent du fond patrimonial de l’Opéra de Paris, qui est conservé au CNCS, et qui s’enrichit régulièrement avec de nouvelles pièces issues des déclassements de productions.
Pour les costumes les plus récents présentés dans l’exposition, ils proviennent d’œuvres toujours au répertoire.

Pour ceux qui n’ont pas encore vu l’expo, attention, cet article comporte de nombreuses photos. N’allez pas plus loin si vous souhaitez garder la surprise.

Une scénographie à couper le souffle

A l’eau de Vichy, on aime le CNCS et on se réjouit à chaque nouvelle exposition.
Je suis toujours impressionnée par la scénographie et cette fois encore, j’ai adoré !

Avant même l’entrée dans l’expo, le ton est donné avec l’escalier du CNCS qui se prend un peu pour le célèbre escalier de l’Opéra Garnier.

Exposition "Habiller l'Opéra" au CNCS - 2019
Exposition "Habiller l'Opéra" au CNCS - 2019

Les scénographes Alain Batifoulier et Simon de Tovar ont imaginé un parcours dans l’architecture de Garnier et de Bastille.
Entourés de photos des détails caractéristiques de ces deux monuments, au milieu de velours rouge et de dorures, de miroirs et de reflets, enveloppés de musique on plonge immédiatement dans l’univers de l’Opéra de Paris.

Personnellement, j’ai vraiment eu le souffle coupé et j’ai d’abord fait un petit tour de l’expo sans m’attarder sur les costumes dans les vitrines, le temps de reprendre mes esprits.

Parcours chronologique, grandes étapes et évolutions

Comment résumer 350 ans d’une histoire aussi riche que celle de l’Opéra de Paris ?
C’est de manière chronologique, rythmée par les grandes étapes de l’histoire de l’institution, les courants esthétiques du ballet et de l’opéra et les grands succès du répertoire.
On y voit aussi l’évolution technique et la création de la nouvelle salle de l’Opéra Bastille.

Exposition "Habiller l'Opéra" au CNCS - 2019

Le Palais Garnier est inauguré le 5 janvier 1875. Il faudra alors adapter les productions à la nouvelle scène, plus grande.

C’est alors un dessinateur de costume unique qui habille tous les spectacles.

A partir de 1914, le nouveau directeur Jacques Rouché supprime ce principe et engage des équipes différentes pour chaque spectacle. Il élargit également le répertoire lyrique avec les grands compositeurs de son temps.
Les Ateliers de couture de l’Opéra doivent s’adapter à de grandes personnalités aux styles variés et fabriquer des costumes imaginés par des artistes comme Léon Bakst, Jean Cocteau ou Raoul Dufy.
Le répertoire chorégraphique s’enrichit aussi grâce à Serge Lifar, venu des Ballets Russes et engagé à la direction du ballet de l’Opéra de Paris en 1929. Il va systématiquement travailler avec des peintres.

Dans les années 1950-60, avec une nouvelle génération de décorateurs et costumiers, sont créés plusieurs productions devenues légendaires : Les Indes galantes, Obéron, La Flûte enchantée.

Avec les années 60 commence une période troublée dans tous les domaines (artistique, social et économique), la fréquentation est en baisse. La programmation de l’Opéra Garnier est contrastée, avec des reprises qui ne sont plus au goût du jour alternant avec de nouvelles productions brillantes et des interprètes de niveau international. Puis ce fut « l’ère Liebermann », avec le renouvellement du répertoire et les succès publics. Garnier est devenu trop petit et avec trop de contraintes empêchant d’enchainer les spectacles. Il faut une nouvelle salle, plus moderne. Ce sera l’Opéra Bastille.

L’arrivée d’Hugues Gall à la direction de l’Opéra en 1995 s’accompagne d’un changement de rythme et d’échelle dans la programmation des spectacles, à l’esthétique souvent spectaculaire qui exige un nombre de plus en plus important de costumes.

Depuis les années 2000, l’esthétique a bien changé, avec des costumes contemporains et des vêtements achetés dans des friperies. Le metteur en scène souhaite rendre l’œuvre plus contemporaine, en utilisant des costumes qui peuvent déstabiliser le spectateur, plus habitué à voir des costumes de l’époque de sa création.

Il est clair en tout cas que le costume a une part importante dans la mise en scène et qu’il constitue une mémoire de l’évolution du spectacle.

La dernière salle

La dernière salle est toujours spectaculaire et nous a laissé une fois de plus sans voix.
On y découvre un décor en mouvement présentant des costumes du Ballet de l’Opéra de Paris, depuis l’esthétique romantique jusqu’aux créations contemporaines. Un panorama incroyable où nous aurions pu rester des heures à admirer tous les petits détails de ces tenues.

L’espace Noureev

Pour la durée de l’exposition, l’espace permanent dédié à Rudolf Noureev se met aux couleurs de l’Opéra de Paris, dont il a été directeur de la danse. Il a aussi créé ses propres œuvres et invité de nombreux chorégraphes. Les costumes présentés évoquent cette période et on peut voir des photos de sa collections personnelle.

Les ateliers de coutures

S’il y a moins de vidéos que dans les expositions précédentes, puisque ce sont les costumes qui sont en lumière, une série de reportages sur les métiers de l’ombre sont proposés. On y voit par exemple les petites mains préparer les tutus.

Exposition "Habiller l'Opéra" au CNCS - 2019

Coup de cœur

C’est peu de dire que nous avons aimé cette exposition. Nous retournerons sans doute la voir, pour admirer encore des détails qui nous ont échappés, et nous replonger dans l’ambiance de l’Opéra de Paris.

Plus d’informations

Exposition Habiller l’Opéra
jusqu’au 3 novembre 2019 au CNCS de Moulins.

Le site du CNCS
Sa page Facebook
Son compte Twitter
Son compte Instagram

L’expo « Habiller l’Opéra » sur le site du CNCS
Les collections du CNCS en numérique
Le CNCS sur Google Arts & Culture

Murol au temps des chevaliers

Les Médiévales de Murol - 2019
Par défaut

Nous avons décidé la veille de retourner aux Médiévales de Murol.
Le soleil serait au rendez-vous et nous avions beaucoup aimé notre visite l’année dernière. Alors, en route pour Murol et ses chevaliers !

Un petit tour au château

Avant de visiter le campement, nous sommes montés au château de Murol.
Nous n’avons pas suivi la visite guidée (même si elle est comprise dans le prix d’entrée), mais nous avons assisté au spectacle toujours aussi drôle.

Le campement médiéval

Nous avons quitté Guillaume de Murol pour descendre au campement.
C’est une vraie reconstitution puisque les compagnies vivent, mangent et dorment sur place, utilisant les outils et techniques du Moyen-Age. Il faut vraiment être passionné !

Les différents aspects de la vie au Moyen-Age étaient représentés et c’était sympa de discuter avec les artisans pour en savoir plus sur leur métier.
On pouvait même s’habiller comme à l’époque, le temps d’une photo, et tâter de l’épée avec les chevaliers.

Les cuisiniers étaient occupés à préparer le concours de cuisine : ingrédients imposés et techniques médiévales pour préparer un menu.

Une belle ambiance et un vrai plongeon dans l’histoire !

Des animations pour toute la famille

Un peu partout dans le village, on faisait ses emplettes sur les stands du marché médiéval et les restaurants avaient adapté leur menu.

Sur la place de l’église, les jeux du moyen-âge faisaient la joie des petits et des grands, en particulier ce jeu d’adresse qui se terminait souvent par une douche, salutaire par cette chaleur.

Les Médiévales de Murol - 2019

Dans l’après-midi, des initiations à la danse et des démonstrations de combats ont réunis les spectateurs au centre du campement.

Et la mêlée des enfants (que nous n’avions pas vu l’année dernière) était un grand moment de joie, à voir les sourires sur les visages.

Nous sommes repartis en fin d’après-midi mais la fête continuait avec un concert des Pies le soir, et des animations toute la journée du samedi.

En savoir plus

Les Médiévales de Murol se déroulent chaque année pendant le week-end de l’ascension, le vendredi et le samedi. Une belle idée de sortie en famille.

La page Facebook des Médiévales de Murol
Le site du château de Murol
Murol sur le site de l’Office de Tourisme du Sancy
Le site de la ville de Murol