« Le retour d’Ulysse dans sa patrie » à l’Opéra de Vichy

"Le retour d'Ulysse dans sa patrie" à l'Opéra de Vichy
Par défaut

Passer le dimanche après-midi à l’Opéra, j’adore…même si le soleil donnait envie de se promener dans les parcs hier. Fan de marionnettes, j’attendais avec impatience d’assister au Retour d’Ulysse dans sa patrie, dans cette interprétation proposée par l’Opéra de Lyon. Et je ne l’ai pas regretté !

Quand on arrive dans la salle, les musiciens sont déjà installés et accordent leurs beaux instruments baroques .

"Le Retour d'Ulysse dans sa patrie" à l'Opéra de Vichy

Le décor est un amphithéâtre en bois, comme on en voit sur certains tableaux montrant des cours de dissection. A l’époque où Monteverdi a écrit cet opéra, on découvrait l’intérieur du corps humain.
La projection de vidéos tout au long du spectacle montre aussi des images médicales.

William Kentridge, dans une version condensée de l’opéra de Monteverdi, nous amène au chevet d’Ulysse, sur le point de mourir et qui se souvient de son retour auprès de celle qu’il aime.

Chanteurs et marionnettistes en harmonie

La particularité de cette production de l’Opéra de Lyon, en partenariat avec la Maison de la danse de Lyon et l’Opéra de Vichy, c’est la présence des marionnettes de la Handspring Puppet Company.

Portées par les marionnettistes, les marionnettes sont aussi animées par les chanteurs, dans un même mouvement. On a l’impression qu’ils ne font qu’un et les marionnettes prennent vie sous nos yeux. Elles sont magnifiques et j’aurais aimé les voir de plus près.

Une fois de plus, je ne peux que saluer la programmation de l’Opéra de Vichy qui propose des spectacles variés. Dommage que la séance du dimanche après-midi n’attire pas les foules. Mais il devait y avoir plus de spectateurs samedi soir et le talent des artistes a été salué par une standing ovation amplement méritée.

Prochain spectacle pour moi, le ballet Marie-Antoinette. Encore un beau dimanche en perspective !

[ LIEU PAS COMMUN ] La Villa Marguerite

La Villa Marguerite à Vichy
Par défaut

En passant devant le 94 boulevard des États-Unis, vous admirerez sans doute la jolie façade de la Villa Marguerite. Mais vous n’imaginerez peut-être pas que ce lieu, un peu hors du temps, propose des concerts dans l’intimité de son salon. J’ai eu la chance d’y être reçue par Fleur Mino, soprano et maîtresse des lieux.

Deux artistes ont posé leurs valises à Vichy

Pourquoi ces deux artistes parisiens (Fleur est soprano et Sylvain musicien) ont-ils décidé de s’installer à Vichy ? Paris leur plaisait, tout comme leur vie à Montmartre. Mais avec la famille qui s’agrandit, il fallait plus d’espace et c’était compliqué de trouver le lieu idéal dans la capitale.

Vichy est mondialement connu des musiciens pour les ventes d’instruments chez Vichy Enchères. Le premier piano de Fleur vient d’ailleurs de là.
C’est donc leur passion pour la musique qui les a conduits à Vichy !

Fleur et Sylvain Mino à la Villa Marguerite à Vichy

La villa de Marguerite

Cette jolie villa construite en 1911, appartenait à Marguerite Rougeron. C’était un personnage haut en couleur, qui collectionnait les voitures et participait chaque année au concours d’élégance à Vichy. Elle aimait danser et les belles tenues, et a vécu très longtemps dans cette maison.

Quand Fleur et Sylvain Mino l’ont visitée, avec la dame de compagnie de Marguerite, ils ont tout de suite craqué pour ce lieu chargé d’histoire et encore rempli de la personnalité de son ancienne propriétaire.
L’endroit était trop grand pour leur petite famille, mais peu importe, puisqu’il y a de la place, il sera aussi un lieu d’accueil pour leurs amis musiciens, et deviendra tout naturellement une résidence d’artistes, et un lieu de concerts et d’événements artistiques.

Mais d’autre personnes veulent aussi acheter la maison, une offre a déjà été acceptée. Après quinze jours d’attente, c’est finalement leur projet qui est choisi.
L’esprit de Marguerite souhaitait-il si fort que sa maison résonne du son du piano et des voix ? Elle est en tant cas toujours présente dans les lieux, en particulier dans l’entrée où son portrait vous accueillera d’un regard plein de caractère. Bonjour Marguerite !

Une association pour partager l’émotion

Avant même le début des travaux, l’association « Villa Marguerite » a été créée pour favoriser le partage et les rencontres autour de la musique. Elle organise des concerts, des conférences, des stages ou des résidences d’artistes…

Pas besoin d’être mélomane pour assister à un concert à la Villa Marguerite. Il faut juste être un peu curieux et avoir envie de venir passer un moment agréable autour de la musique, de venir écouter dans des conditions rares, des artistes, musiciens, chanteurs ou comédiens.
La programmation propose aussi des conférences en musique. La prochaine célébrera les 50 ans des premiers pas sur la Lune !

Dans l’intimité du salon

Dans le salon, qui peut accueillir 40 spectateurs, trône un piano Pleyel de 1904. Il est un peu plus vieux que la maison de quelques années, mais est en parfait état. Et il a une sonorité, une qualité de timbre et un son doux, comme seuls les instruments anciens peuvent en produire, pour le plus grand plaisir des pianistes qui viennent jouer à la Villa Marguerite.

Ce lieu intime est idéal pour apprécier les vibration de la voix et des instruments, sans avoir besoin d’amplification. La proximité du public et des artistes transforme les événements en moments de partage, prolongés ensuite par un temps de rencontre et d’échanges entre les artistes et le public.

La Classe Élite et le prix Marguerite

Dès la création de l’association, la Villa Marguerite est partenaire de la Classe élite de l’AICOM, (Académie Internationale de Comédie Musicale), et elle accueille chaque année les auditions pour la région.
A la clé pour les sélectionnés, deux ans de formation professionnelle au sein de la prestigieuse Classe Elite de l’AICOM.

La Villa Marguerite, désireuse d’encourager les jeunes talents régionaux, a créé le prix Villa Marguerite, qui vient tout juste d’être attribué à Julie Ortega. Un vrai soutien pour cette jeune artiste et un prix qui lui permettra de participer au stage de Comédie Musicale de son choix à Paris !

Une saison à la Villa Marguerite

Au programme de cette saison 2018-2019 de la Villa Marguerite : un concert à Noël, une conférence en musique, une opérette d’Offenbach et un stage de comédie musical.

Fleur et Sylvain ne manquent pas d’idées pour vous concocter bien d’autres événements, dans les mois à venir. Et il y aura aussi une résidence d’artiste.

Ce lieu deviendra à n’en pas douter une référence à Vichy.
Il y a dans cette maison une vraie énergie, une atmosphère particulière qui fait que l’on s’attache immédiatement à ce lieu.
J’ai déjà hâte d’y retourner, encore et encore, et d’assister aux prochains événements.

Les événements à venir

conférence en musique

On a marché sur la Lune !
Conférence en musique

Le dimanche 17 mars à 16h

Le planétologue Sylvain Bouley vous racontera, entre autres, des grandes découvertes lunaires de ces dernières décennies et des projets futurs, mais aussi des secrets qu’elle garde encore. Tout un programme à ne pas rater !

 

Spectacle

Monsieur Choufleuri restera chez lui le…

Le samedi 6 avril à 20h et le dimanche 7 avril à 15h

Opérette bouffe en 1 acte de Jacques Offenbach.
Mise en scène : Jean-François Vinciguerra.
Avec : Jean-François Vinciguerra, Fleur Mino, Juan-Carlos Echeverry, Guillaume Beaujolais.
Pianiste: Wan-Yu Liu.

 

Stage de comédie musicale, Grease

Les 8, 9 et 10 juin 2019
Concert des élèves le 10 juin à 16h.

Plus d’informations

La Villa Marguerite
9 boulevard des Etats-Unis
03200 Vichy

Tél. : 06 72 21 20 40
villamargueritevichy@yahoo.com
La page Facebook de la Villa Marguerite

Adhésion : 5 euros
Concerts : 25 euros
Conférences : 15 euros
Stage : 150 euros

L’Opéra de Quat’sous à l’Opéra de Vichy

L'Opéra de Quat'sous à l'Opéra de Vichy
Par défaut

Créée à l’automne 2016, avec une nouvelle traduction qui restitue les dialogues au plus près du texte initial de 1928, cette version de L’Opéra de quat’sous, mise en scène par Jean Lacornerie était jouée vendredi soir à Vichy.

Musiciens acteurs, acteurs marionnettistes

Le décor, en perpétuel changement est celui d’une manufacture où l’on manipule les cartons et où les musiciens, en bleu de travail, s’installent autour d’une grande table. Ils font d’ailleurs partie intégrante du spectacle et sont aussi acteurs.
Tout comme les acteurs qui sont aussi marionnettistes, avec les grandes marionnettes conçues par Emilie Valantin.

L'Opéra de Quat'sous à l'Opéra de Vichy

Pas de répit pour les spectateurs

De la première note aux saluts des artistes, pas une minute de répit dans ce spectacle hybride, associant théâtre, cabaret et marionnettes !
On a l’impression d’être entrainés avec les personnages dans les bas-fonds de Londres, au milieu des voleurs, assassins, flics compromis, et prostituées malhonnêtes.
Il y a d’ailleurs eu peu d’applaudissements entre les scènes, mais beaucoup à la fin.

L'Opéra de Quat'sous à l'Opéra de Vichy

Après le spectacle

Les artistes sont venus rejoindre le public devant la scène à la fin du spectacle, pour un échange très intéressant, avec de nombreuses questions du public.

L'Opéra de Quat'sous à l'Opéra de Vichy

Un programme à télécharger

L'Opéra de Quat'sous à l'Opéra de VichyInitiative intéressante, le programme est à téléchargé sur le site de l’Opéra de Vichy, sur la page du spectacle.

Les photos de spectacle de cet article sont d’ailleurs tirées de ce programme.

 

 

 

 

 

Encore une soirée mémorable à l’Opéra de Vichy, où la programmation y est décidément variée et de qualité.

[ Concert ] The King’s Singers à l’opéra de Vichy

The King's Singers à L'Opéra de Vichy
Par défaut

Les King’s Singers, sont officiellement nés il y a cinquante ans. Leur tournée anniversaire a fait escale à Vichy cet après-midi, devant un public de fidèles, ou, comme nous, simplement tenté par la programmation éclectique de l’Opéra de Vichy.

Les King’s Singers nous enchantent

Prenez six chanteurs qui interprètent un répertoire varié a capella, installez-les sur la scène de l’Opéra de Vichy un dimanche après-midi pluvieux, et laissez opérer le charme.

Les King’s Singers, formés par six jeunes choristes diplômés du King’s College de Cambridge, ont fêté leurs cinquante ans en 2018. Depuis leur création, ce groupe est toujours composé de deux contre-ténors, un ténor, deux barytons et une basse.

Leur répertoire s’étend de la musique de la renaissance à une époque plus moderne.
Ainsi, Saint-Saëns, Brahms ou les Beatles, mais aussi des chants folkloriques, composent le programme de leurs concerts. Ils interprètent aussi des morceaux créés pour eux par des compositeurs contemporains.

Dans le bel écrin de notre opéra, avec la salle légèrement éclairée par les lumières de l’avant-scène, et l’harmonie de ces morceaux a capella, nous avons vécu un moment hors du temps…un dimanche à Vichy.

[ Expo ] Comédies musicales ♫ au CNCS ♫♫

Expo Comédies Musicales au CNCS
Par défaut

Après l’expo « Contes de fées » et ses records de fréquentation, c’est en musique et en dansant que vous découvrirez l’univers des comédies musicales. Encore une superbe exposition imaginée par le Centre National du Costume de Scène de Moulins !

♫ Un air de Brodway souffle sur le CNCS ♫♫

Au fil des salles, on plonge dans l’univers d’une vingtaine de comédies musicales qui ont marquées l’histoire de ce genre. On se retrouve alors au casting de 42nd Street, dans l’atelier où sont confectionnés les costumes de My Fair Lady ou devant les néons de Follies.

L’envers du décor

La scénographie conçue par Philippine Ordinaire et Olivier Coquet, nous entraine dès l’entrée dans les différentes étapes de création d’un spectacle. On suit les flèches constituées d’ampoules et on se perdrait presque dans le labyrinthe des panneaux bruts d’un décor vu des coulisses.

Une manière d’évoquer l’effervescence de la vie en « backstage », où tout se passe à un rythme effréné pour les changements de costumes, pendant que le spectacle se joue sur la scène.

On prend conscience du travail de préparation. Tous ces mois à imaginer les costumes, les castings, les chorégraphies, les répétitions jusqu’au soir de la première.

Pour ceux qui n’ont pas encore vu l’expo, attention, car cet article comporte de nombreuses photos. N’allez pas plus loin si vous souhaitez garder la surprise.

Expo Comédies Musicales au CNCS

Plus de cent costumes

Avec la diversité des livrets et des mises en scènes, souvent étonnantes, de nombreuses époques sont représentées. On retrouve aussi bien sûr les chapeaux, plumes et strass des revues et music-hall.
Si les paillettes et les couleurs étincelantes sont là, la vitrine noir et blanc (et fils d’argent) de Singin’in the rain, qui fait référence au cinéma muet, est magnifique et particulièrement graphique.

Quel incroyable travail des costumiers de ces productions, qui doivent chaque fois relever le défi de laisser aux danseurs une grande liberté de mouvements, et créer un nombre important de tenues pour l’ensemble de la troupe.

Tous ces costumes proviennent de théâtres, en particulier le Théâtre du Châtelet, partenaire de l’événement, mais aussi le Théâtre Mogador ou l’Opéra de Toulon qui programment régulièrement des comédies musicales.

Une exposition immersive et ludique

Comme toujours, le CNCS sait nous prendre par la main et nous plonger vraiment dans le thème de l’exposition. Dans chaque salle, on peut voir des extraits des spectacles. Comment résister à ce morceau de décor de Singin’in the rain et à ces cirés et parapluies qui n’attendent que vous pour une petite photo ? Un peu plus loin, ce sont les boas et chapeaux haut de forme qui vous donneront des allure de cabaret.

Fan de comédies musicales

L’envie de faire des claquettes, ou tout autre pas de danse, vous prendra sans doute avant la fin de votre visite et vous quitterez le CNCS avec un air dans la tête qui vous accompagnera quelques temps. C’est mon cas, alors que j’écris cet article ♫♫♫.
Vous ne résisterez peut-être pas non plus à l’envie de voir (ou revoir) des comédies musicales.

Expo Comédies Musicales au CNCS

La Comédie Musicale de Sanssat

Justement, nous avons la chance d’avoir dans notre région, l’Association Sanssatoise de Comédie Musicale. Une centaine de bénévoles, animés par une passion commune « La Comédie Musicale », interprètent,depuis plus de 20 ans, à Sanssat, les spectacles de Broadway, traduits en français.
En 2019, la folie continue avec Priscilla Folle du Désert, les 28 et 29 juin et les 5 et 6 Juillet.

Et dans le cadre de l’exposition, vous pouvez assister au spectacle de 2018, Sur un Air de Jersey Boys, à l’occasion d’un diner-spectacle le 1er février 2019.

Plus d’informations

Exposition Comédies Musicales jusqu’au 28 avril 2019 au CNCS de Moulins.

Le site du CNCS
Sa page Facebook
Son compte Twitter
Son compte Instagram

L’expo « Comédies musicales » sur le site du CNCS
Les collections du CNCS en numérique
Le CNCS sur Google Arts & Culture

[ théâtre ] Edmond à l’Opéra de Vichy

"Edmond" à l'Opéra de Vichy
Par défaut

Ce dimanche, l’Opéra de Vichy proposait « Edmond » d’Alexis Michalik, une pièce qui fait salle comble depuis 3 ans à Paris. Un second décor a même été construit pour pouvoir la jouer dans deux théâtres à la fois !

Quand nous sommes arrivés dans la salle, les comédiens étaient déjà sur scène, jouant aux cartes, comme s’ils attendaient en coulisses le début du spectacle. La salle se remplissait tranquillement. On n’imaginait pas alors, la folle histoire qui allait se jouer devant nous, sans une seconde de pause pour notre plus grand plaisir !

"Edmond" à l'Opéra de Vichy

Un tourbillon historique

Dans une mise en scène inventive et virevoltante, les comédiens vous font vivre la création, les répétitions et la première triomphale de Cyrano de Bergerac. Tout est en mouvement permanent, les décors se changent sous vos yeux, et vous entrainent en quelques secondes de l’appartement d’Edmond Rostand aux rues de Paris, du compartiment d’un train en route pour Issoudun à la loge de Sarah Bernhardt. On y croise aussi Feydeau, Courteline et Méliès, Maurice Ravel ou Anton Tchekhov

Ils ne vous laissent pas une seconde de répit dans cette histoire aux multiples rebondissements.

Quelle jubilation pour le public ! et même si cet après-midi à Vichy, il n’y a pas eu les 40 rappels de la première de Cyrano de Bergerac à Paris en décembre 1897, le public était debout pour applaudir cette formidable troupe.

"Edmond" à l'Opéra de Vichy

Encore un beau dimanche à Vichy !

[ spectacle ] Winterreise à l’Opéra de Vichy

Winterreise, Le Voyage d’Hiver à l'Opéra de Vichy
Par défaut

Hier soir, j’ai fait un voyage. Un voyage d’hiver, dans la neige et le vent. Un voyage en musique dans cette salle de l’Opéra de Vichy que j’aime tant. Un voyage poétique et envoutant.

Difficile d’en parler avec des mots… alors voici une petite vidéo pour commencer :

Schubert revisité

Sur la scène, un piano et quelques projecteurs.
Le baryton-basse Philippe Sly, et les quatre musiciens (un violon, une clarinette, un trombone et un accordéon) qui l’accompagnent tout au long de ce voyage, revisitent le cycle de vingt-quatre lieder de Franz Schubert, écrite à l’origine pour piano et voix.

Les ombres démesurées projetées sur les murs, le cheminement du chanteur et des musiciens sur la scène presque vide, les effets de clair-obscur de la mise en scène de l’américain Roy Rallo, tout nous plonge dans une atmosphère glacée, de solitude et de chagrin.

J’ai beaucoup aimé cette interprétation, dense et poétique de ce Voyage d’Hiver.
De petits textes étaient projetés et permettaient de suivre le récit.
J’avoue que, ne connaissant pas l’œuvre aussi bien que mes voisins, j’ai apprécié ce petit détail (demandé par l’Opéra de Vichy) .

Winterreise, Le Voyage d’Hiver à l'Opéra de Vichy

Un échange avec les artistes

A la fin du spectacle, les artistes sont venus s’assoir au bord de la scène, pour un échange avec le public. Les questions et les remarques de la salle ont d’ailleurs suscité des discussions entre les spectateurs, qui a de rares exceptions ont beaucoup aimé cette interprétation.
« Schubert aurait aimé ! » a lancé une spectatrice au cours de ces échanges animés.

Winterreise, Le Voyage d’Hiver à l'Opéra de Vichy

Je suis rentrée en frissonnant, sans savoir si c’était en raison de la météo vichyssoise ou le souvenir de ce voyage d’hiver. Encore une soirée que je n’oublierai pas, à l’Opéra de Vichy.

En bonus, le rideau de scène

Et j’ai pu enfin admirer le rideau de scène de l’Opéra de Vichy !
C’est la toute première fois que je le vois (il était en panne) et il est vraiment magnifique !
C’était aussi la première fois que je voyais la scène dans cette configuration, avec la fosse d’orchestre relevée pour prolonger la scène.

Opéra de Vichy

[ concert ] Les Chœurs de l’Armée Russe à l’église Saint-Louis

Par défaut

Vivre à Vichy, c’est avoir de multiples occasions de découvrir des univers musicaux des plus variés.

Cet après-midi, l’église Saint-Louis accueillait les Chœurs de l’Armée Russe, venus interpréter des chants de Noël et des chants populaires Russes.
Ekaterina Bolshunova les a rejoint sur quelques morceaux et a mêlé sa magnifique voix de soprane à leurs voix graves et puissantes.

Encore un moment fort à ajouter à notre album Vichyssois 2018.

Il y aura un second concert ce soir à 20h.

[ concert ] Nabucco de Verdi à l’Opéra

Nabucco à l'Opéra de Vichy
Par défaut

C’est une distribution internationale qui s’est produite ce dimanche sur la scène de l’Opéra de Vichy dans une version de concert de Nabucco de Verdi. La salle était comble pour cet événement et les spectateurs comblés d’avoir assisté à ce moment magique.

Après Lyon et Paris, c’était au tour de Vichy d’accueillir cette coproduction de l’Opéra de Lyon et du Théâtre des Champs-Élysées.

La version de concert permet de voir l’Orchestre (habituellement dans la fosse) et le Chœur de l’Opéra de Lyon. J’ai aimé le ballet des archets (du premier balcon, j’avais une belle vue sur les violons) et les chœurs qui tournaient d’un même mouvement leurs partitions.

L’occasion aussi de voir Daniele Rustioni qui les dirigeait. Car c’est un peu un spectacle dans le spectacle de voir ce jeune chef, impressionnant d’énergie, sauter et faire de grands gestes, comme habité par la musique. J’en ai parfois oublié complétement les sur-titres ! Mais qu’importe les paroles exactes, la musique et les voix nous emportent dans l’émotion et la magie est là. D’ailleurs, ce chef d’orchestre me faisait penser à un magicien avec sa baguette magique.

Bravo ! Bravo !

Et que dire des voix ? Je ne connais pas grand chose à l’Opéra, mais j’ai senti que j’assistais là à un spectacle exceptionnel. Et même si la distribution prévue a un peu changée, le spectacle était extraordinaire, pour moi qui découvre l’opéra. Autour de moi, les connaisseurs appréciaient également, et des « bravos » saluaient les prestations des artistes.

Anna Pirozzi, dans le rôle d’Abigaïlle m’a vraiment impressionnée. Tout comme le baryton Amartuvshin Enkhbat, qui a remplacé Leo Nucci dans le rôle de Nabucco. Autre changement, Riccardo Zanellato, remplacé par Alexander Vinogradov, très applaudi lui aussi. Antonio Poli et Enkelejda Shkosa complétaient cette distribution magnifique, ovationnée comme il se doit par la salle debout.

Je ne suis pas prête d’oublier ce spectacle, et je m’endormirai sans doute tout à l’heure avec en tête l’air le plus connu, « Va Pensiero », en pensant à ce moment où la salle s’est levée en attendant les premières notes de ce « deuxième hymne italien », respectant ainsi une tradition dont nous a parlé Martin Kubich dans son petit mot d’introduction avant le spectacle.

Quelle chance nous avons d’avoir à Vichy un si bel opéra et une telle programmation !
Et vivement le prochain spectacle !

[ Ballet ] Tristan & Isolde à l’Opéra de Vichy

Tristan & Isolde à l'Opéra de Vichy
Par défaut

Le dimanche à Vichy, il se passe toujours quelque chose.
Hier après-midi, j’étais à l’Opéra, pour Tristan & Isolde, proposé par le ballet du Grand Théâtre de Genève et chorégraphié par Joëlle Bouvier sur la musique de Richard Wagner.

C’était la deuxième fois que j’assistais à un ballet. Maintenant que je vis à Vichy, je profite avec bonheur des événements proposés, et j’avoue que j’adore aller à l’Opéra.
Une vraie découverte pour moi, qui n’ai aucune connaissance en musique classique ou ballet. Pourtant, après avoir vu La Belle au Bois Dormant, il y a quelques mois, et le Barbier de Séville cet été, je suis bien décidée à voir encore plus de ballets et d’opéras ! la suite…