En route vers l’UNESCO pour Vichy et les Grandes Villes d’Eaux d’Europe

Vichy, candidate pour l'UNESCO avec les Gandes Villes d'Eaux d'Europe
Par défaut

Dernière ligne droite pour soutenir notre candidature avant la décision du Comité du patrimoine mondial !

En février 2019, j’assistais à la première réunion publique d’information sur la candidature de Vichy à l’UNESCO avec 10 autres villes d’eaux européennes. Une aventure collective dont nous connaitrons le résultat à la fin du mois.

Dernière ligne droite et mobilisation de tous

Une étape importante a déjà été franchie il y a quelques semaines avec le rapport des experts internationaux d’ICOMOS qui recommande la candidature des Grandes Villes d’Eaux d’Europe. Il est très rare d’avoir cette recommandation dès la première fois, preuve de la qualité du dossier.

Quelques points ont été modifiés pour tenir compte de l’avis des experts, comme le périmètre du bien de la candidature qui inclut désormais la gare et la rue de Paris.

Pour la dernière étape avant la décision finale (prévue entre le 24 juillet), la Reine des Villes d’Eaux, se pare une nouvelle fois d’affiches et de banderoles rappelant la candidature.

Vous pouvez montrer votre soutien avec les nouveaux badges, intégrant le nouveau motif Vichy et déclinés en rouge et en bleu. Ils sont disponibles à l’office du tourisme et à la mairie.

Une série de timbres collector consacrée à Vichy

Pour la deuxième année consécutive, La Poste, l’association Thermauvergne et Les Accros du Peignoir se sont associés pour concevoir un collector philatélique en vente dans les bureaux de poste des quatre départements auvergnats à compter du 5 juillet 2021.

Pour lancer officiellement ce collector, un bureau de poste temporaire était installé 3 juillet 2021 au Hall des Sources, avec un cachet d’oblitération spécial.

Réponse le 24 juillet entre 12h et 14h

La 44e session élargie du Comité du patrimoine mondial rendra sa décision le 24 juillet.

Les Vichyssois pourront se retrouver pour suivre en direct la réunion et l’annonce tant attendue.

Et le jeudi suivant, la ville organisera une fête dans le Parc des Sources pour célébrer l’inscription…ou passer un moment festif avant de reprendre le travail pour proposer à nouveau le dossier des Grandes Villes d’Eaux d’Europe.

Rendez-vous le 24 !


Je soutiens Vichy, candidate au patrimoine mondial UNESCO

Une fête impériale sous le soleil

Fête Napoléon III 2021 à Vichy
Par défaut

Nous l’attendions avec impatience cette Fête Napoléon III !
Après l’annulation en 2020, l’édition 2021 s’est déroulée avec un programme allégé mais sous le soleil.

On ressort les crinolines et les hauts-de-forme

C’était notre troisième participation à cet événement incontournable de la saison vichyssoise. Nous avons retrouver avec bonheur nos amis de l’association A la Cour Impériale avec qui nous apprenons à danser à la mode du Second Empire.
Avec le COVID, les répétitions ont été impossibles pendant de longs mois et c’est chacun de notre côté que nous avons travaillé. Cette année, nous faisions partie des cinq groupes venus de toute la France pour animer ce week-end, en se promenant dans la ville et en dansant au kiosque de l’Hôpital et à l’Opéra.
Un week-end intense que nous ne sommes pas près d’oublier.

Concert d’ouverture en présence du couple impérial

C’est à l’Opéra que se déroulait le traditionnel concert d’ouverture de Chamlumière.
Nous étions là pour accueillir le public puis nous avons pu assister au spectacle.

Eugénie est venue s’installer dans l’une des loges d’avant-scène aux cris de « Vive l’Impératrice ! »
Napoléon III est arrivé un peu plus tard dans l’autre loge. Quand la Valse de l’Impératrice, dédiée à Eugénie a commencé, ils se sont rejoints devant la scène pour quelques pas de danse devant le public ravi.

Chamlumière a donné un magnifique spectacle, enchainant les airs emblématiques de l’époque avec Bizet, Offenbach, Schubert, Berlioz, Brahms ou Strauss.
Les spectateurs, heureux, ont ensuite quitté l’Opéra, salués à la sortie par notre groupe.
Rendez-vous dès le lendemain matin pour continuer la fête.

Danses au kiosque

Cette année, les principales animations se passaient au kiosque à musique du Fer à Cheval, où les groupes se succédaient pour présenter leurs danses.

Les spectateurs ont pu applaudir tout au long de la journée de samedi et le dimanche matin les danseurs de A la Cour Impériale, Le Ballet Impérial, Carnet de Bals, Bourges XIXe et Temps de Danses.
Différentes chorégraphies étaient présentées au cours de sessions d’une demi-heure.
Quadrilles, polka ou valses se sont enchainées, faisant virevolter les jolies robes et dévoilant parfois les dessous des crinolines.

Spectacles équestres, balades, visites guidées et thé de l’Empereur

Si le Parc des Sources n’accueillait pas cette années les stands présentant les différents aspects de la vie au Second Empire, il était le lieu privilégié de balades avec ombrelles, et on pouvait même y croiser Napoléon III en personne.

Devant le Palais des Congrès, on assistait à des démonstrations de dressage par le Domaine Équestre des Puys et à la leçon d’équitation de Mademoiselle de Vallereuil par le maître écuyer Duplessis, proposé par la Cavalerie du Lys.

L’office du Tourisme proposait aussi de nombreuses visites guidées tout au long du week-end, et les calèches allaient bon train, mélangeant les voyageurs du XXIe siècle et du Second Empire pour une promenade insolite le long des parcs.

Les chalets ont eu beaucoup de succès pour les séances photos, tout comme les bancs sous les grands arbres, permettant de se reposer un peu à l’ombre. A l’écart des voitures et de la ville, on était vraiment au Second Empire !

Les petites filles regardaient les dames dans leurs belles robes avec des yeux tout ronds, et s’approchaient, un peu timides, pour demander une photo.

Il y avait aussi le Thé de l’Empereur sous la marquise du Palais des Congrès, mais nous n’avons pas eu le temps d’en profiter, nous avions réservé pour le grand spectacle musical et dansé à l’Opéra.

Tous en scène

Le dimanche après-midi, tous les danseurs se retrouvaient pour le spectacle de clôture. La Garde Impériale de Dijon était là aussi.

Impossible de remplir la salle de l’Opéra avec la jauge limitée, et deux séances ont été programmées, gratuites mais sur réservation. Les deux horaires affichaient très vite complets, mais nous avions nos places.
Dans une loge au premier balcon, c’était parfait pour admirer le spectacle, et voir nos copains danser sur la scène.
Le Quadrille Français final était impressionnant vu le nombre de danseurs !

Puis nous avons filé nous préparer car nous étions au programme de la seconde séance, avec une Romany Polka.

Nous avons découvert le stress de l’attente en coulisses (où nous avons pu voir les autres danses sous un angle différent), avant de nous lancer avec nos amis de A la Cour Impériale.
Un peu plus détendus, nous avons rejoint tous les danseurs pour le Quadrille Français final que nous ne sommes pas près d’oublier.

L’édition 2021 de la Fête Napoléon III de Vichy s’est terminée dans une polka endiablée.
On croise les doigts pour retrouver un programme complet en 2022.
Nous serons en tout cas au rendez-vous pour notre quatrième fête !

Rideau ! Une nouvelle comédie se prépare au Petit Théâtre Impérial

"Rideau !" au Petit Théâtre Impérial avec Olivier Lejeune
Par défaut

Dans l’écrin du Petit Théâtre Impérial, les rangées de chaises aux coussins rouges n’attendent plus que les spectateurs et sur la scène on prépare la nouvelle pièce dans un décor tout neuf.

J’ai rencontré Olivier Lejeune et Sylvain Beltran Lamy à la fin de leur répétition, et savouré la chance de ce moment partagé dans les coulisses du théâtre. C’est d’ailleurs le thème de « Rideau ! » qui sera jouée mi-juin pour la première fois.

Un rêve d’auteur et de comédien

Olivier Lejeune, acteur et auteur infatigable bien connu du public, est déjà venu plusieurs fois au Petit Théâtre Impérial, comme l’été dernier pour « La p’tite cure des chansonniers » avec Philippe Chevalier, Thierry Rocher et Pierre Douglas.

Sylvain Beltran Lamy rêvait de jouer et travailler avec lui.
Mais comment proposer à un comédien au planning bien rempli, qui interprète parfois plusieurs pièces en même temps dans des salles de mille places, de venir jouer dans au Petit Théâtre Impérial ?

Pourtant l’envie était là, et quand tout s’est arrêté pour cause de COVID, Sylvain Beltran Lamy s’est lancé dans l’écriture de cette pièce.
Un rôle sur-mesure pour Olivier Lejeune qui a accepté d’endosser le costume de l’auteur Charles Andréas face à un directeur de théâtre totalement dépassé.
Tout oppose ces deux personnages qui vont s’affronter, jusqu’à un événement majeur qui va bouleverser leur vie.

Impossible d’en savoir plus. Il faudra patienter jusqu’au 16 juin pour découvrir cette comédie qui va divertir et étonner le public.

« Le secret, c’est de s’amuser »

Depuis quelques semaines, les deux compères répètent et commencent à trouver leurs marques.
Il y a une vraie complicité entre ces deux-là qui assurent ensemble la mise en scène, une admiration mutuelle aussi.

Olivier Lejeune a aimé l’histoire, la finesse des enchainements et son incroyable rebondissement (dont je n’ai vraiment rien pu savoir !) tout autant que l’écriture de Sylvain Beltran Lamy, à mi-chemin entre le classique et le très moderne.
Le rythme, le ton et la musique des mots sont très important pour lui.

On sent qu’ils s’amusent ensemble, comme deux gamins à la bonne humeur communicative.
Ils m’ont offert un grand moment de rire quand ils ont posé pour quelques photos et j’ai hâte de découvrir « Rideau ! », le 16 juin prochain.

Un grand merci à Sylvain Beltran Lamy et Olivier Lejeune pour m’avoir laisser soulever un coin du rideau avant qu’il ne se lève à nouveau sur la scène du Petit Théâtre Impérial de Vichy.

Pour plus d’informations

Rideau ! au Petit Théâtre Impérial de Vichy« Rideau ! »
Les 16 et 17 juin à 16h et 20h30.

Petit Théâtre impérial
12 rue Source-de-l’Hôpital 03200 Vichy.
Réservations au 04.70.31.31.31 ou sur le site Internet www.newspti.fr.

Le site internet du Petit Théâtre Impérial
Sa page Facebook

« Scènes de Yannis Kokkos » au CNCS

Exposition "Scènes de Yannis Kokkos" au CNCS
Par défaut

Le Centre National du Costume de Scène ouvre enfin les portes de l’exposition consacrée à Yannis Kokkos. On y découvre le processus créatif de cet artiste aux multiples talents, à la fois dessinateur, scénographe, costumier et metteur en scène.
Une superbe exposition à voir jusqu’au 7 novembre 2021.

Quel plaisir de retrouver ce musée que j’adore !
Même si les conditions sont encore particulières (pas d’audio-guide, un sens de cheminement obligatoire dans l’expo et un nombre de visiteurs limités), nous ne pouvions pas attendre plus longtemps pour visiter la nouvelle exposition du CNCS.

ATTENTION. Si vous n’avez pas vu l’expo et souhaitez garder la surprise pour votre prochaine visite cet article comporte de nombreuses photos.

Dès la première salle, on plonge dans les croquis de Yannis Kokkos.
Sur son bureau, on voit ses mains tracer des traits rapides, à la plume et à l’encre de chine.
Car le dessin est à l’origine de ses créations.

Au fil des salles, on passe d’un thème à l’autre, guidés par une scénographie sobre qui évoque les nombreux spectacles pour lesquels il a créé un univers souvent étrange et onirique.
On admire les costumes dans les vitrines et tout autour, dans des cadres, ses croquis préparatoires. Les personnages, les décors et les mises en scène sont déjà là, esquissés en quelques traits de plume, ou plus précis à l’aquarelle. Il faudrait des heures pour en apprécier chaque détails et les comparés avec les images et extraits des spectacles !

La dernière salle de l’exposition est toujours aussi spectaculaire et poursuit encore le rêve dans lequel nous plonge Yannis Kokkos.

Visite virtuelle de l’exposition

Pendant le confinement, pour nous faire patienter, le CNCS à mis en ligne une visite virtuelle des premières salles de l’exposition, (visible ici).

Plus d’informations

Exposition Scènes de Yannis Kokkos
jusqu’au 7 novembre 2021 au CNCS de Moulins.

Le site du CNCS
Sa page Facebook
Son compte Twitter
Son compte Instagram

L’expo « Scènes de Yannis Kokkos » sur le site du CNCS
Les collections du CNCS en numérique
Le CNCS sur Google Arts & Culture

Une petite visite à Hérisson

Hérisson dans l'Allier
Par défaut

Cela faisait longtemps que la petite cité de caractère était sur notre liste de lieux à visiter ! Nous avons profité de cette journée printanière pour découvrir Hérisson, qui représentera notre région pour l’édition 2021 de l’émission « Le village préféré des Français ».

Hérisson est niché dans une boucle de l’Aumance, et on apprécie tout de suite le calme de l’eau qui coule doucement sous le soleil, et le chant des oiseaux.
Nous partons au hasard dans les petites rues, avec un regard vers le château qui domine le village et que nous irons voir plus tard.

La Porte de Gateuil et la porte de l’Enfer nous laissent imaginer le village médiéval encerclé de murailles. On flâne dans ses ruelles en admirant les façades et le clocher de l’église Saint-Sauveur.
Un peu partout, on retrouve le petit animal emblématique des lieux, sur les boites aux lettres ou des plaques de numéro.

L’église Notre-Dame

Nos pas nous guident vers l’église néo-gothique Notre-Dame et son bel escalier en fer à cheval. L’intérieur est baigné de lumière avec ses vitraux modernes.

Le château

A la sortie de l’église, la silhouette imposante des ruines de la forteresse des Ducs de Bourbon nous attend.
L’Association pour la Sauvegarde du Château féodal de Hérisson veille sur ce lieu, classé Monument Historique en 1986. La restauration se poursuit et quelques personnes travaillaient d’ailleurs pendant notre visite.
Plusieurs tours se dressent encore tout autour de nous et laissent deviner l’importance de cette forteresse à l’époque.
Sa position dominante offre un beau panorama sur les toits du village à nos pieds.

Village étoilé

Un panneau nous a appris que Hérisson était un Village Étoilé. Ce label national valorise les actions pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne. La nuit à Hérisson on doit voir les étoiles…

Hérisson dans l'Allier

L’église Saint-Pierre de Châteloy

Pour compléter notre visite, nous avons suivi un sentier qui conduit à l’église Saint-Pierre de Châteloy, une église peinte malheureusement fermée (elle est ouverte de mai à septembre).
Mais la balade était très agréable et nous n’avons pas regretté ce petit détour en pleine nature au milieu des arbres en fleurs.

C’était une belle journée et nous serons heureux de revenir à Hérisson, pour se poser et profiter des animations et commerces, malheureusement fermés pour l’instant.

 

Votez pour Hérisson !

Soutenez ce joli village en lui donnant votre voix pour « Le Village Préféré des Français ». Vous pouvez voter jusqu’au 25 mars 2021.

Quand la musique, la gourmandise et la peinture s’unissent pour célébrer l’amour à Vichy

Concert pour la Saint-Valentin à la VIlla Marguerite
Par défaut

Même si elle doit encore patienter pour accueillir du public, la Villa Marguerite ne renonce pas pour autant à sa programmation et organise un e-concert pour la Saint-Valentin. Et à Vichy, Sylvain et Fleur Mino savent qu’ils peuvent compter sur leurs partenaires pour les suivre dans leurs aventures.
Gourmands et amoureux, ils ont pensé à vous !

Un concert à suivre en direct sur internet

Le 14 février à 18h, vous pourrez assister en ligne au concert de la soprano Anne-Marine Suire, accompagnée au piano par Emmanuel Christien.

Le programme de ce récital « Mots d’Amour » fera la part belle à la musique romantique française avec des mélodies de Gabriel Fauré, Charles Gounod, Maurice Ravel ou Reynaldo Hahn…

Le concert sera capté par Art Studio by JB Mino, qui a réalisé le film « Viens à Tulipatan ! ».

Les réservations sont ouvertes, au prix de 15€ (tarif couple : 25€) avec une pochette cadeau offerte.

Les Petits Béguins de Marguerite

Ces délicieux petits chocolats noirs intenses ont été imaginés spécialement pour cet événement.
Sylvain Mino a proposé l’idée de ces gourmandises à Élisabeth Michaille, de la célèbre Maison Moinet. Des petits cœurs en chocolat qui devaient pouvoir être envoyés par la poste, puisqu’ils seraient glissés dans la pochette offerte avec la réservation.
Défi relevé avec « les Petits Béguins de Marguerite », qui sont également disponibles dans les boutiques Moinet.

C’est un bien joli nom pour ces chocolats, qui rendent aussi hommage à la grand-mère d’Élisabeth Michaille qui s’appelait Marguerite.

Une nouvelle toile de Benoit-Basset

L’artiste Benoit-Basset suit depuis quelques temps les aventures de la Villa Marguerite, qui expose ses toiles aux thèmes différents selon les saisons (le Père-Noël en décembre, les couples pour fêter l’amour). Elle a aussi peint le portrait de Cacatois XXII pour la vidéo annonçant l’opérette « L’île de Tulipatan ».

C’est le détail d’un de ces tableaux qui illustre l’affiche du concert, et une toute nouvelle toile, qui parle d’amour et de gourmandise qui a été spécialement créée pour l’occasion.

Vous pourrez l’admirer cette semaine dans la vitrine de la boutique Moinet, rue Georges Clemenceau, avant qu’elle ne rejoigne la Villa Marguerite dimanche pour le concert.

💖

A Vichy, les initiatives ne manquent pas et c’est formidable de voir comment les différents acteurs de la ville sont toujours prêts à s’associer pour faire naître de beaux projets.

Et en attendant de retrouver le plaisir des spectacles « en vrai », profitez sur votre canapé d’un concert en direct de la Villa Marguerite.
Une idée originale pour célébrer la Saint-Valentin !

💖

🌹 « Mots d’Amour » | Concert en ligne 🌹

Dimanche 14 février 2021 à 18h
avec Anne-Marine Suire, soprano, et Emmanuel Christien, Piano.

Tarif : 15€ avec une pochette cadeau offerte (tarif couple: 25€).

Inscription en ligne ici.

Noël à Vichy

Noël à Vichy 2020
Par défaut

A l’image de la très belle affiche signée So.Z, Vichy a revêtu ses habits de Noël. Si le marché de Noël et les animations traditionnelles ont dû être annulés cette année, les décorations dans les rues et le Parc des Sources apporteront un peu de féérie dans nos sorties de décembre.

Le village féérique

Installé dans le Fer à Cheval, autour du kiosque à musique qui a retrouvé ses magnifiques décorations, des petits arbres scintillants ont poussé sur un tapis de neige. Les branches de sapins s’enroulent autour des colonnes de la galerie, où des boutiques éphémères vous permettront de faire vos emplettes pour les fêtes.

Nuit magique

Depuis quelques jours, la façade du Palais des Congrès / Opéra de Vichy s’illumine de nouveau à la tombée de la nuit.
Si cet été on pouvait y voir défiler les 2000 ans d’histoire de la Reine des Ville d’Eaux, le son et lumière s’inspire maintenant de Noël pour apporter un peu de magie dans notre quotidien.

Un spectacle à voir et à revoir chaque soir de la tombée de la nuit (17h15) jusqu’à 20h30.

Dans le Parc des Sources et les rues de la ville

Les grandes étoiles lumineuses sont de retour dans le Parc des Sources, créant une jolie perspective jusqu’au Palais des Congrès, de jour comme de nuit.

Plusieurs sapins ont été installés, au 4 Chemins, vers l’église Saint-Louis et devant l’Astoria, et les guirlandes lumineuses font pleuvoir des diamants dans les rues.

Les commerçants peuvent à nouveau vous accueillir pour préparer au mieux ce Noël 2020 si particulier.

On vous souhaite un joli mois de décembre à Vichy !

Ça tourne avec la Villa Marguerite

Tournage avec la Villa Marguerite
Par défaut

Je vous ai déjà parlé de la Villa Marguerite et de Fleur et Sylvain Mino.
Leur jolie maison accueille des artistes pour de formidables soirées.
Ils ont aussi l’art et la manière de proposer des expériences originales à ceux qui les suivent. C’est ainsi que je me suis retrouvée un dimanche de septembre sur le tournage de « Viens à Tulipatan ! »

Un film pour annoncer le spectacle

Initialement programmée en mai 2020, « L’île de Tulipatan » n’a pas pu avoir lieu en raison du premier confinement.
Les deux représentations de cette opérette d’Offenbach sont reportées en 2021, le samedi 15 mai à 20h et le dimanche 16 mai à 15h.

Le tournage de la vidéo annonçant l’événement, prévu en mars, a aussi été décalé et a pu se faire il y a quelques semaines.

Les figurants avaient rendez-vous à l’Aletti Palace. Le dress-code : tenue de cocktail.
Des fauteuils bien alignés et des objets hétéroclites constituaient le décor de la scène qui allait être tournée ce jour-là (d’autres scènes étaient déjà enregistrées).

Une vente aux enchères exceptionnelle à l’Aletti

Dans son propre rôle, Maitre Étienne Laurent, de Vichy Enchères allait mener sous nos yeux une vente exceptionnelle, et les prix allaient s’envoler et atteindre des records, en particulier pour le portrait de Cacatois XXII, peint par Benoit-Basset.

Essais de cadrage, répétitions, les prises se sont enchainées dans la bonne humeur, sous le regard et les conseils de JB Mino qui a réalisé le film.

A la fin de la journée, nous n’en savions pas beaucoup plus sur l’histoire et nous sommes repartis encore plus impatients de voir le résultat final.

Quel plaisir de pouvoir voir les coulisses. C’était vraiment chouette de participer à cette aventure et je suis déjà volontaire pour un prochain tournage avec La Villa Marguerite.

Le film

En attendant de pouvoir assister au spectacle, voici le film qui vient juste d’être dévoilé.
Un film plein d’humour dans une ambiance pétillante, que je retrouve à chacune de mes visites à la Villa Marguerite !

Plus d’informations

Le site de la Villa Marguerite : www.villamargueritevichy.com
Facebook : @VillaMargueriteVichy
Instagram : @villamargueritevichy
Youtube : Villa Marguerite

« L’île de Tulipatan »
Le 15 mai 2021 à 20h
Le 16 mai 2021 à 15h

Villa Marguerite
94 boulevard des États-Unis
03200 Vichy

Tous à l’Opéra version 2020

Tous à l'Opéra 2020 à Vichy
Par défaut

Le programme initialement prévu a dû être modifié et la plupart des animations ont été annulées pour cette édition de la journée « Tous à l’Opéra ».
Mais les amoureux du lieu, les curieux et les touristes ont pu admirer cet endroit magique et découvrir ses coulisses en visite libre.

Une lecture en musique sur la scène

Port du masque, distanciation et bornes de gel sont toujours là, mais les mesures se sont renforcées et on prend maintenant la température des visiteurs à l’entrée.
Le programme a dû être modifié quelques jours avant l’événement : pas de visite guidée des cintres pour moi cette année, ni de Murder Party pour les amateurs d’énigmes.

Heureusement, la lecture « Au fil des pages » a été maintenue.
C’est donc confortablement allongée sur le scène de l’Opéra que j’ai commencé ma visite.
Martine et Florence, de la Médiathèque Valery-Larbaud, avaient sélectionné des extraits de livres sur le thème de la musique, de la danse ou du spectacle, qu’elles ont partagé avec nous. Leur lecture était ponctuée d’extraits musicaux et j’ai passé un très bon moment à les écouter en admirant cette salle que j’aime tant.

Déambulons dans l’Opéra !

Cette année, un parcours balisé permettait aux visiteurs de découvrir la face cachée de l’Opéra et de voir l’envers du décor. Ponctuée de jolis panneaux explicatifs, cette déambulation guidait le visiteur dans les différents étages, dans les loges (celles toutes rénovées et les autres encore dans leur jus ou en plein travaux), la salle de répétition de danse, l’atelier des habilleuses, … Tout un monde qui travaille dans l’ombre pour nous offrir de beaux spectacles.

Si vous n’avez pas pu venir pour cette belle journée, voici une vidéo publiée sur la page Facebook de l’Opéra de Vichy et qui présente le parcours balisé.

Un écrin ivoire et or

A la fin du parcours, on revenait sur la scène et dans la salle de l’Opéra qui brillait de milles feux. J’ai même eu l’impression que les détails des sculptures étaient plus visibles que d’habitude. J’en ai profité pour faire quelques photos avant de partir.

Le centre culturel aussi

Un parcours balisé (avec des panneaux explicatifs) était aussi proposé au Centre Culturel de Vichy.

Un Facebook live vous invite à une visite virtuelle :

PORTRAIT(S) #8 – L’édition 2020 à voir jusqu’au 25 octobre

Festival portrait(s) 2020 - Vichy
Par défaut

Début septembre marque en principe la fin du festival Portrait(s), le rendez-vous photographique de Vichy. Mais en 2020, rien n’est tout à fait « normal » et l’exposition dans les galeries du Centre Culturel vient tout juste d’être inaugurée.

Pour maintenir cette édition, il a fallu adapter le programme, reporter des expositions et la résidence photographique et une partie des projets pédagogiques.
Installé depuis mi-juillet sur l’esplanade du lac d’Allier, le travail documentaire de Charles Fréger sur les mascarades a été inauguré le 5 septembre, tout comme la sélection de 11 photographes portraitistes dans les Galeries d’exposition du Centre Culturel.
Des photos à voir jusqu’au 25 octobre.

Mascarades colorées au bord d’Allier

Si le portrait est évidemment au centre du festival, la démarche documentaire est bien présente cette année.

La traditionnelle grande exposition au bord de l’Allier montre le travail de Charles Fréger. Cimarron est le troisième volet de son travail sur les mascarades.

Des photos très colorées qui interpellent et qui regorgent de détails incroyables. Les regards, les attitudes, les costumes… il faut prendre le temps de s’approcher des images et de lire les textes de présentations qui permettent de mieux comprendre les symboles et les significations de ces cérémonies.

On a moins vu de photos sur les réseaux sociaux que les années précédentes. Le thème est sans doute moins attractif et moins « instagrammable ». Mais les promeneurs sont bien là et semblent apprécier la force de ces images, à voir et revoir jusqu’au 25 octobre.

La variété du portrait dans les galeries d’exposition

Le documentaire est aussi à l’honneur dans les galeries d’exposition rue Foch.
Au Royaume-Uni, Chris Steele-Perkins à suivi des « Teddy Boys » entre 1976 et 1979, et Ed Alcock a recueilli les témoignages de Britanniques sur le Brexit.

Paolo Verzone est allé à la rencontre de jeunes officiers de grandes académies militaires qui posent dans des lieux symboliques qu’ils ont choisis.
Une exposition qui me rappelle les images de Michal Chelbin et les portraits réalisés dans les pensionnats militaires d’Ukraine.

Une autre manière de témoigner et de documenter nos sociétés, est le travail très intime de Claudine Doury, qui sonde la période de l’adolescence en Sologne, en Crimée et en Russie.
Rima Samman collecte d’anciennes photographies de famille et les recolorise et les anime.

Représentés par la galerie parisienne Les Douches, cinq photographes (Arlene Gottfried, Bruce Wrighton, Alexis Cordesse, Sébastien Camboulive et Paul Pouvreau) montrent bien la diversité du portrait en photographie.


Pendant le confinement, une émission « A l’unisson » de l’Opéra de Vichy était consacrée à l’édition 2020 du Festival Portrait(s).

Retrouvez les photographes exposés sur la page du Festival Portrait(s) 2020.