Week-end sportif pour célébrer Napoléon III à Vichy

Vichy fête Napoléon III - 2024
Par défaut

En cette année olympique, la Fête Napoléon III avait pour thématique le sport et les activités de loisir au Second Empire.
Le Parc Napoléon III était le terrain idéal pour des démonstrations de cyclisme, croquet, équitation, tennis ou encore escrime. Le couple impérial et sa cour se sont même baignés dans l’Allier !

Baignade impériale

Les nuages et la pluie n’ont pas découragé le couple impérial. En tenue de bain de l’époque et escortés par la garde, Napoléon III et Eugénie sont partis d’un pas décidé vers la plage de la Rotonde.
En compagnie des membres de la Cour, ils ont d’abord fait quelques jeux de balle les pieds dans l’eau, avant de s’avancer dans l’Allier pour nager, à la suite de l’Empereur.
Les jolies tenues des dames ne sont pas des plus pratiques pour la natation et encore moins leurs grands chapeaux mais c’était la règle au Second Empire.

Malgré la température pas vraiment estivale, la bonne humeur était au rendez-vous.
Revenus sur la plage, ils ont même bravé le froid et pris la pause pour les photographes venus immortaliser ce moment historique !

Sport et loisir et mode au Second Empire

Dans le Parc Napoléon III, les traditionnels stands répartis par quartiers thématiques présentaient la vie au Second Empire en mettant l’accent sur les loisirs et le sport de cette époque.
Les cyclistes qui sillonnaient les allées ont eu beaucoup de succès et répondaient volontiers aux questions sur leurs belles bicyclettes.

Un peu partout dans le parc, on pouvait découvrir des activités aussi variées que la canne de combat, l’escrime, le jeu de volant ou de croquet, tandis que grondait le canon et retentissaient les cors de chasse.

L’association Marie de Berry jouait un spectacle « olympique » plein d’humour où les athlètes ne ménageaient pas leurs efforts pour monter sur le podium.

On pouvait aussi admirer les costumes pour la pratique de toutes ces activités sur le stand du Ballet Impérial et dans une exposition au Palais des Congrès.
Quelle élégance pour partir randonner, jouer au tennis ou nager !

N’oublions pas la danse !

Que serait cette fête sans les danses ?
Les associations venues de toute la France ont enchainé les quadrilles, valses, polkas ou mazurkas dans des tenues toutes plus belles les unes que les autres. Quel plaisir de les regarder tournoyer et faire voler les crinolines !

Un passager de marque en gare de Vichy

Attention voie A, le train à vapeur d’Auvergne va entrer en gare. Eloignez-vous de la bordure du quai s’il vous plait !

Dimanche, ceux qui attendaient leur train à Vichy ont vu entrer en gare un train à vapeur. Un vrai voyage dans le temps !
Ils ont même pu croiser Napoléon III et sa Cour venus voir de plus près la locomotive.

Défilé sous le soleil

C’est sous le soleil que le défilé s’est élancé de la rue de Paris pour rejoindre le Parc Napoléon III.
Pas de danses de clôture cette année car les travaux ne sont pas terminés, mais les quelques 300 figurants ont offert un beau spectacle au public venu nombreux tout au long du parcours.

Un dernier quadrille au Grand Bal Impérial

Ce week-end est passé si vite ! Mais avant de ranger le frac et le chapeau haut-de-forme, nous étions conviés au Bal de l’Empereur.
Après le Quadrille Français et la valse d’ouverture, les danses d’animations invitaient le public à se mêler aux danseurs. Certains ont même eu la chance de faire quelques pas chassés avec Napoléon III ou Eugénie.

Aujourd’hui, beaucoup doivent avoir encore en tête les jolies tenues et les danses virevoltantes…
Difficile de quitter le Second Empire pour revenir au quotidien.
Nous avons une fois de plus passé un merveilleux week-end grâce à tous ces passionnés qui font revivre l’Histoire. Merci à tous et à l’année prochaine !

Et un grand bravo à tous les participants :

[Expo] Vichy, l’internationale. Deux siècles d’ouverture au Monde

Exposition "Vichy, l'internationale"
Par défaut

Après le succès de la grande exposition sur les « 2000 ans d’histoire de la Reine des villes d’eaux » en 2019, Vichy s’expose à nouveau.
Un parcours thématique en 5 parties raconte Vichy la cosmopolite. On découvre sa clientèle internationale, son rôle diplomatique, les événements sportifs et artistiques qui s’y sont déroulés, son architecture éclectique et son rayonnement international grâce aux nombreux objets, documents, affiches ou lettres présentés et qui nous plongent dans la petite et la grande Histoire.
Suivez le tapis rouge et embarquez pour un beau voyage !

Poussez la porte de l’hôtel International

Si l’exposition se déroule dans les galeries du Centre Culturel de Vichy, l’entrée se fait exceptionnellement par le hall de l’ancien hôtel l’International. Une occasion rare de pousser la porte de ce lieu habituellement fermé au public. Admirez la verrière et suivez le tapis rouge, le voyage va commencer…

Attention au départ !

Deux luxueux compartiments donnent envie de s’installer et de regarder défiler le paysage.
Montez à bord du Vichy Express de 1904 qui desservait la cité thermale depuis la gare de Lyon en 5 heures (cela laissera sans doute quelques habitués du Paris-Clermont rêveurs…).
Vous préférerez peut-être les confortables sièges du Londres-Vichy de 1926, qui permettait aux Londoniens d’arriver en moins de 24 heures.

La première thématique abordée est Le voyage à Vichy.

Quittons nos luxueux compartiments, nous voici à la gare de Vichy.
On venait de loin et la clientèle fortunée aimait le luxe, dans sa vie quotidienne et dans ses déplacements.
Sur d’anciennes photos, on voit les voitures des grands hôtels de la ville attendant les voyageurs, et aussi le luxueux Salon d’Honneur de la gare (aujourd’hui disparu) où étaient organisées les réceptions d’accueil ou de départ des Grands de ce Monde.

Juste à côté, voici le salon d’attente de l’aéroport. Car on venait aussi en avion à Vichy, avec des liaisons aériennes régulières à partir de 1930.

Pour ces voyageurs venus du Monde entier, il était important de garder le contact avec les proches pendant son séjour. La Poste avait donc un rôle capital et celle construite en 1935 se voulait une des plus modernes au monde. Son standard téléphonique permettait de joindre tous les continents et même les navires en mer !

La Compagnie Fermière qui gérait le domaine thermal à l’époque éditait ses propres journaux (et en plusieurs langues) dans lesquels elle insérait de la publicité. Il fallait que Vichy soit connue partout pour donner l’envie d’y séjourner. On peut aussi voir les nombreux guides dans toutes les langues destinés aux visiteurs étrangers.

Mais qui étaient ces visiteurs venus du monde entier ?

La projection d’un film tourné dans le parc des Sources en 1926, et issu des archives de la planète du musée Albert Kahn, nous plonge dans l’effervescence et l’atmosphère de l’époque. Ce film muet a été sonorisé avec des conversations dans différentes langues. Immersion garantie dans Vichy la cosmopolite !

Les visiteurs de différentes nationalités ont témoigné de leur séjour dans la station thermale dans des lettres, des livres ou encore des aquarelles.

Dans leurs récits, la vision de Vichy est parfois horrible mais la cure est efficace.
Ils décrivent souvent leurs journées avec beaucoup de détails et on peut voir l’évolution de la station d’années en années en étudiant les différentes correspondances de ces hôtes prestigieux.

On y rencontre aussi des personnages au destin particulier qui ont laissé une trace dans l’histoire de leur pays et qui ont séjourné dans la ville thermale.

Angleterre, Pologne, Russie, Espagne, Brésil, États-Unis, le Monde entier se retrouvait à Vichy.

Qui dit nationalités étrangères, dit confessions étrangères. Un temple protestant, une synagogue sont construits. On évoque aussi la Maison du Missionnaire qui accueillait des missionnaires venus en cure à Vichy.
Au XIXe siècle, Vichy était LA station thermale des colonies, où on venait pour y soigner des maladies coloniales comme le paludisme, attirant ainsi une clientèle à la fois civile et militaire. Au moment de la décolonisation, Vichy était une destination déjà connue des rapatriés qui y ont été accueillis.

Vichy et la diplomatie

Les souverains et chefs d’États venaient à Vichy. La station thermale était la couverture idéale pour les tractations internationales discrètes, au prétexte de la cure.
De nombreux documents nous laissent imaginer les coulisses de l’histoire et les événements importants pour les relations internationales qui ont pu se dérouler discrètement à Vichy…

On peut aussi voir une belle galerie de chefs d’États et de têtes couronnées. Des personnalités souvent hautes en couleurs qui ont laissé des anecdotes souvent drôles pendant leur séjour à Vichy.

La dimension économique est bien présente aussi. Lors de leur séjour, ils visitent des installations modernes et voient les richesses de la régions et les infrastructures à la pointe dans le domaine agricole ou industriel. Une publicité de plus pour la Reine des villes d’eaux, le rayonnement du Bourbonnais et l’occasion de faire des affaires.

Le Prince d’Annam est venu 25 fois à Vichy entre 1893 et 1936. Il a fait de nombreuses peintures pendant ses séjours. Une belle exposition lui est actuellement consacrée au Musée des Arts d’Afrique et d’Asie.

Les ambassadeurs

Cet aspect diplomatique de Vichy va culminé pendant la période 39-45 quand le gouvernement français s’installe dans la ville.
Une situation absolument unique où, pendant 2 à 4 ans, les représentants diplomatiques de plusieurs dizaines de pays cohabitent dans un même lieu : l’hôtel « Les Ambassadeurs ».

Walter Stucki, une figure connue de tous les Vichyssois est bien sûr évoquée, notamment avec le cadeau offert par la ville à la fin de la guerre : une vaisselle d’argent prêtée par son petit-fils pour cette exposition.

Le sport et les spectacles

A partir de la fin du 19e siècle, la cure inclus les soins mais aussi l’activité physique.
Vichy se dote d’infrastructures sportives comme le vélodrome, le golf, le tennis ou le lac d’Allier.
Elle y accueille de grandes compétitions internationales.

Après le sport, le spectacle. L’Opéra est un lieu incontournable qui accueillera les plus grands artistes au fil des époques.
Un grand panneau de décor et de nombreux documents, films et objets témoignent de la vie culturelle intense dans la Reine des villes d’eaux. L’opéra avait son propre atelier de décor et un orchestre en résidence.

Pour distraire les curistes, on y donnait un opéra tous les 3 soirs et il ne fallait pas assister au même spectacle deux fois pendant les 3 semaines que durait la cure. Imaginez la programmation !

Pour compléter votre visite, le Musée de l’Opéra de Vichy propose actuellement l’exposition « D’une scène à l’autre », consacrée à l’Opéra romantique à travers l’Europe.

D’autres distractions ponctuaient la saison, comme les Fêtes Vénitiennes ou la visite de Buffalo Bill.

La ville d’eaux internationale

La thématique suivante est consacrée à la ville d’eaux dans sa dimension internationale.
L’inscription de Vichy au Patrimoine de l’UNESCO avec les Grandes villes d’eaux d’Europe a mis l’accent sur cette particularité des villes thermales.
Architecture des installations thermales et de la ville, mécano-thérapie, verres de cure, tous ces éléments communs sont présents ici, complétés par des plans et des maquettes qui mettent en avant le côté éclectique et l’influence étrangère dans toute la ville.

Une série de tableaux, commande faite au peintre Toby Wright par la ville montrent le regard d’un peintre sur les lieux les plus emblématiques de Vichy. Vous avez peut-être croisé Toby Wright pendant qu’il peignait ces tableaux sur le motif il y a quelques semaines.
Pour lui, le tableau n’est pas une photographie. Il interprète ces monuments, en particulier en retravaillant la lumière pour mettre en avant des détails de l’architecture, en mélangeant les lumières des différents moments de la journée.

Vichy s’exporte dans le monde entier

On pense bien sûr aux pastilles et à l’eau de Vichy dont on peut voir des étiquettes dans toutes les langues, mais les soins aussi s’exportent comme la douche de Vichy.
On trouve aussi des sources Vichy dans d’autres pays du Monde, preuve du rayonnement de la ville à l’international.

L’exposition se termine par une visite aux figures emblématiques de Vichy qui ont marqué la scène internationale comme les écrivains Valery Larbaud et Albert Londres, mais aussi des artistes et des architectes qui ont contribué à des projets internationaux témoignant de l’influence mondiale de la ville.

Dans la toute dernière salle, on peut voir une gouache du cabinet d’architecture Percilly-Brière pour des pavillons de l’exposition universelle de 1937, qui comprenaient des éléments de coupoles avec les peintures de Raymond Martinez. Une de ces peintures a été mise à plat et orne maintenant l’entrée du Centre Culturel de Vichy.

Le voyage se termine avec des maquettes du sculpteur Rivoire qui a travaillé pour des paquebots transatlantiques.
Un exemplaire monumental de la Diane au lévrier trônait dans le grand salon du paquebot L’Atlantique et un bronze représentant Neptune tiré par un cheval marin se trouvait à bord du Normandie.


Un grand merci à Antoine Paillet, commissaire de l’exposition, pour sa visite passionnante et pleine de petites anecdotes.

Infos pratiques

Exposition Vichy, l’Internationale – deux siècles d’ouverture au monde
Du 4 mai au 11 novembre 2024
Ancien hôtel International 26 rue du Maréchal Foch à Vichy.

Toutes les informations sur le site de la ville.

Les expositions partenaires

Complétez votre visite dans les musées de la ville qui proposent également des expositions sur le thème de Vichy l’Internationale.

Exposition au Musée de l'Opéra de Vichy expo expo à la Maison Albert Londres
Cliquez sur les affiches pour plus d’infos.
Tarif réduit sur présentation de votre ticket des expos partenaires.

Le temps d’une valse viennoise

Anniversaire UNESCO Vichy 2023
Par défaut

Pour le deuxième anniversaire de son inscription à l’UNESCO avec les Grandes villes d’eaux d’Europe, Vichy accueillait Baden bei Wien pour une journée festive et dansante. Devant le kiosque de l’Hôpital, un grand parquet était installé pour des démonstrations de valses et de quadrilles, mais aussi pour que tout le monde entre dans la danse.

Traditions viennoises, entre danses et gourmandises

La journée a débuté par un concert intitulé « Gourmandises viennoises » devant un public venu nombreux pour célébrer cet anniversaire.

Deux chanteurs et un pianiste du Wiener Opernball Orchester nous ont offert un programme alléchant dédié à l’opérette viennoise. Le ton de la journée était donné avec la valse qui donnait déjà envie de danser.

Chansons de vignerons et de tavernes

Un coin gourmand proposait des spécialités autrichiennes (l’escalope viennoise accompagnée de sa pomme de terre sauce ciboulette était délicieuse) pour faire une pause salée ou sucrée en profitant des animations au kiosque.

Les Singenden Weinhauer, groupe de chanteurs vignerons, ont animé la pause déjeuner avec des chansons typiques de cette région viticole.

Entrez dans la danse

Un peu plus tard, un quartet du Wiener Opernball Orchester ont joué des musiques traditionnelles des tavernes de la région de Vienne.

Puis les danseurs du Dance Studio Zehender et l’association vichyssoise A la Cour Impériale se sont retrouvés sur le grand parquet installé pour l’occasion pour des démonstrations de valses et de quadrilles.

Dans l’esprit de partage de cette journée, le public a très vite été invité à les rejoindre pour une valse libre et une initiation au Quadrille Français.
Un essai un peu chaotique pour le Quadrille Français dans sa version autrichienne, mais la bonne humeur était bien là !

Place au défilé

Comme l’année dernière, le grand défilé s’est élancé de la Mairie au son de la Banda des 2 Rives et de Vichy et ses Sources. Les élus des deux villes, des associations en lien avec le patrimoine et les Accros du Peignoir constituaient ce joyeux cortège très apprécié tout au long du parcours. Tout ce petit monde s’est retrouvé au kiosque pour la cérémonie officielle.

Bal Viennois

Le Wiener Opernball Orchester que nous avons eu le plaisir d’écouter tout au long de la journée a fait danser le public en enchainant valses et polkas.

Cette belle journée s’est terminée sur une farandole endiablée et avec les bravos d’un public heureux !

Qui sera la ville invitée en 2024 ?
En tout cas, nous serons là pour cette fête incontournable de l’été vichyssois.

Napoléon III à Vichy, Reine des villes d’eaux

Fête Napoléon III à Vichy en 2023
Par défaut

C’est dans le parc qui porte son nom que Vichy a célébré cette année l’Empereur Napoléon III.
C’était vraiment l’écrin idéal pour ce rendez-vous incontournable des amateurs de reconstitution historique, et pour évoquer l’Impressionnisme qui constituait le fil rouge de cette édition 2023.

Ouverture en musique

Pour le traditionnel concert d’ouverture du vendredi soir, l’orchestre Chamlumière, sous la direction de Paul Billard (et sa baguette ayant appartenu à Isaac Strauss) proposait une sélection d’œuvres pour retracer la vie de Napoléon III en musique.

Chaque morceau était présenté avec humour et ce beau concert nous a plongé en douceur dans l’ambiance du Second Empire.

Hommage à Napoléon III

Le lendemain matin, hauts-de-forme et uniformes militaires étaient nombreux autour du buste de Napoléon III.
Pour les 150 ans de sa mort, Chamlumière et Carnet de Bals lui ont rendu un hommage musical … en présence du couple impérial et de la cour.

Sous les arbres du Parc Napoléon III

C’est entre les chalets et le buste de l’Empereur que les passionnés d’histoire avaient rendez-vous cette année.
Et le lieu se prête particulièrement bien à un week-end au Second Empire.

Fête Napoléon III à Vichy en 2023

Des reproductions de tableaux impressionnistes indiquaient les différentes zones où de grandes discussions avaient lieu entre le public et les passionnés qui animaient les stands du quartier bourgeois, des artisans, du campement militaire, des cavaliers et du coin des enfants.

Un studio photo proposait même de se faire tirer le portrait comme à l’époque de Napoléon III avec le procédé ambrotype.
De sublimes images réalisées sur plaque de verre par trois passionnés, Les ours sans plus.

Belles dames et beaux messieurs

Pas loin du coin gourmand, les danseurs se relayaient sur l’estrade, multipliant les chorégraphies entrainantes et les belles tenues.

Dans les allées du Parc, le public se mêlait avec bonheur aux participants en costumes qui prenaient la pause pour le plus grand plaisir des photographes amateurs.
Le cadre était idéal et donnait vraiment l’impression de voyager dans le temps.

Comme un tableau impressionniste

Le Parc Napoléon III ressemblait à un grand tableau impressionniste où les dames avec leurs ombrelles se promenaient au bras des messieurs en haut-de-forme dans un décor de verdure.

A l’heure du déjeuner, c’est le célèbre tableau « Le déjeuner sur l’herbe » qui a pris vit à l’ombre des arbres.
Les groupes venus de toute la France pour animer le week-end se sont installés pour pique-niquer à la mode de l’époque. Grandes nappes, paniers en osier, jolie vaisselle et parfois même chandelier !

L’impressionnisme était d’ailleurs le fil rouge de cette édition, avec des tableaux vivants et un spectacle très original proposé par l’association Marie de Berry où l’on découvrait que les personnages des tableaux s’amusent quand le musée ferme ses portes.

Une petite exposition complétait le thème de l’Impressionnisme avec la présentation de tenues créées à partir des tableaux de cette époque. Un beau travail de reconstitution et de couture.

A la table de l’Empereur

Le dîner de l’Empereur est toujours un moment fort du week-end avec les démonstrations de danses de Carnet de Bals, Bourges XIXe et l’association vichyssoise A la Cour Impériale, dans le cadre majestueux du Palais des Congrès.

Combien ont rêvé ensuite qu’ils dansaient le quadrille avec Napoléon III ou la valse avec Eugénie après cette magnifique journée ?

Entrons dans la danse

Pour danser comme dans un rêve, il faut connaitre les pas. Grâce aux ateliers (gratuits) proposés ce week-end, vous pouviez vous initier à différentes danses de l’époque.
Ces cours de 2 heures étaient accessibles à tous sur réservation. Nous avons participé à l’atelier de danses de couple et appris la Polka du Sultan que nous avons ensuite dansée le soir pendant le bal.

Nous avons aussi dansé le Quadrille Français et le Quadrille des Lanciers (merci les copains d’A la Cour Impériale !), fait quelques tours de valse et participer à la plupart des danses de démonstration du bal.

C’est vraiment l’occasion de s’amuser et ce sont des danses très faciles à apprendre en quelques minutes.
Ces chorégraphies avec des changements de partenaires donnent aussi l’occasion de danser avec les groupes qui ont animé les fêtes et avec un peu de chance, de se retrouver au bras de l’Empereur ou de l’Impératrice.
Comme dans un rêve !

Beaucoup de soleil et un peu de pluie

Si le soleil et la chaleur étaient au rendez-vous de ce week-end, la pluie est venue jouer les troubles-fête juste après le défilé, alors que commençait le spectacle de clôture sur la terrasse du Palais des Congrès.
Les participants n’ont pas eu le temps de terminer le traditionnel Quadrille Français et ont dû se réfugier sous la marquise et les parapluies ont soudain remplacé les ombrelles.
Si l’averse est vite passée, le sol devenu glissant n’a malheureusement pas permis de reprendre les danses et c’est par un concert de la Garde Impériale de Dijon que s’est terminée la fête dans les parcs et les rues de Vichy, juste avant le Bal Impérial.

Ce week-end marque toujours une parenthèse particulière et le retour à la vie « moderne » est un peu difficile. Quelques jours sont nécessaires pour trier les photos, revoir les vidéos des danses et se dire que c’était encore une fois une belle fête.

Quand l’Opéra français était à l’affiche au Grand Casino de Vichy

Exposition Mon cœur s'ouvre à ta voix au Musée de l'Opéra de Vichy
Par défaut

Affiches, programmes, partitions, costumes et décors sont réunis pour une rétrospective de l’Opéra français produit au Théâtre du Grand Casino de Vichy de 1901 à 1965. Une exposition à voir jusqu’au 26 novembre 2023 au Musée de l’Opéra de Vichy.

« Mon cœur s’ouvre à ta voix ». C’est une citation extraite de Sanson et Dalila qui donne son titre à la nouvelle exposition du Musée de l’Opéra de Vichy.
Plus de 150 documents sont réunis pour évoquer 44 opéras qui font partie du répertoire de l’Opéra français et qui ont été donnés au Théâtre du Grand Casino de Vichy.

A travers différentes thématiques, on découvre les compositeurs venus présenter leur œuvre à Vichy, le style propre à l’opéra français, les inspirations historiques et légendaires et les grandes mises en scène, mais aussi les auteurs et les œuvres les plus jouées dans le monde.

Une fois de plus, ce petit musée nous propose une exposition passionnante qui s’articule autour de documents précieux comme des affiches, des partitions, ou encore des dessins préparatoires.

Reproductions de décors, maquettes et photos d’époque se côtoient, faisant ainsi le lien entre la création des spectacles et les souvenirs de leurs représentation.

Pour plus d’informations

Le site web du Musée de l’Opéra de Vichy
Sa page Facebook

Exposition jusqu’au 26 novembre 2023.
Du mardi au dimanche, de 14h à 18h (sauf jours fériés).

La création marionnettique, tout un univers à découvrir au CNCS

Exposition Marionnettes au CNCS
Par défaut

Avec sa nouvelle exposition « La Marionnette, instrument pour la scène », le Musée National du Costume et de la Scène nous offre un panorama de la scène marionnettique des années 1920 à nos jours.
Loin du traditionnel castelet et de Guignol, la marionnette prend ici des formes diverses, évoluant dans des univers propres à chaque compagnie où la seule limite semble être l’imagination des créateurs.

Quand on pense « marionnette », la première image qui nous vient est sans doute un castelet avec les marionnettes à gaine de Guignol. Peut-être aussi les marionnettes à fils et leurs personnages joliment costumés…
La marionnette contemporaine casse tous les codes et multiplie les techniques et les matières pour raconter des histoires d’une manière nouvelle, parfois légère et poétique, parfois beaucoup plus sombre.

Des formes et matières les plus simple aux marionnettes hyperréalistes à taille humaine, l’exposition décline les univers et les spectacles.

Possibilités infinies

Avant même de monter l’escalier qui conduit à l’exposition, le ton est donné : il faut s’attendre à tout !

Exposition Marionnettes au CNCS

L’atelier du marionnettiste, les carnets de l’auteur ou les notes du metteur en scène, c’est là que naît la marionnette. De l’imagination sans limite, des inspirations variées et des esthétiques sans cesse renouvelées proposées par les compagnies depuis des décennies.
Entrez dans le monde (ou plutôt les mondes) de la marionnette contemporaine…

Matières et formes marionnettiques

A partir des idées du créateur, la marionnette prend forme. Tout est prétexte à donner vie à l’histoire à raconter.
Quand la matière reste à l’état brut et que formes sont minimalistes, c’est l’action du manipulateur qui va les transformer et leur insuffler la vie.
Un peu plus loin, les arts plastiques et les arts de la scène se mélangent, s’écartent des formes figuratives et jouent avec la géométrie et l’abstraction.
Les compagnies n’hésitent pas à emprunter les procédés narratifs du cinéma et de la BD avec les ombres, les théâtres de papier ou les projections vidéos.

Le marionnettiste et son instrument

Toutes ces formes diverses sont autant de manières d’utiliser l’instrument-marionnette.
Car contrairement au théâtre où les acteurs interprètent un personnage, on est ici dans un dispositif singulier de jeu par objet interposé.
Comme le musicien, le manipulateur doit apprendre à maîtriser son instrument et c’est un travail permanent pour conserver sa virtuosité.

Les différentes formes marionnettiques posent aussi la question de la place du marionnettiste.
Est-il caché comme dans les castelets des origines, vêtu de noir derrière sa marionnette, faisant corps avec elle dans des formes hybrides ? Là encore, tout est possible.

Mécaniques oniriques

Les spectacles contemporains de marionnettes mettent aussi en scènes des figures mécaniques construites en mélangeant le métal et des matière plus naturelles, donnant vies à des créatures hybrides et oniriques, parfois inquiétantes.

Grandeur nature

Votre passage dans la dernière salle vous fera peut-être frissonner en voyant les regards de dizaines de marionnettes grandeur nature et hyper réalistes fixer sur vous.
Pour une fois, on a pas très envie qu’elles s’animent.
Mais sans leur manipulateur, elles ne sont que des objets, que des instruments pour la scène…

Plus d’informations

Exposition La Marionnette, instrument pour la scène
jusqu’au 5 novembre 2023 au CNCS de Moulins.

Le site du CNCS
Sa page Facebook
Son compte Twitter
Son compte Instagram

Les collections du CNCS en numérique
Le CNCS sur Google Arts & Culture

Quand les allées du cimetière racontent l’histoire de Vichy

Cimetière de Vichy
Par défaut

Visiter un cimetière ? En voilà une drôle d’idée !  Ce n’est pas vraiment une promenade habituelle.
Pourtant, arpenter les allées d’un cimetière n’a rien de morbide. Les tombes témoignent du passé et constituent un musée à ciel ouvert souvent méconnu.
Chaque année, le Printemps des Cimetières est l’occasion de découvrir ce patrimoine funéraire avec des visites guidées. Pour cette 8e édition, nous avons suivi Aurélie Duchézeau, responsable des archives pour la ville, qui nous a raconté les destins ordinaires ou extraordinaires qui ont façonné l’histoire de Vichy.

Une autre histoire

Le cimetière de Vichy, autrefois situé au niveau des thermes de Calou a été déplacé aux Bartins en 1866.
Il compte près de 1100 concessions sur une surface d’environ 13 hectares, ainsi que 2 carrés militaires avec 519 tombes de soldats. 

Cimetière de Vichy

Pendant près de deux heures, Aurélie nous a guidés entre les tombes les plus remarquables et sur les sépultures de célébrités, mais aussi d’inconnus dont la personnalité haute en couleur a laissé une trace dans l’histoire de la ville.

Nous avons vu entre autres, la tombe d’Armand PERRIN, une des plus belles du cimetière réalisée en marbre de Carrare, la chapelle funéraire de la famille GERMOT où repose l’un des joueurs de tennis les plus titrés de son époque, Maurice GERMOT.
Nous avons aussi évoqué les destins hors du commun du reporter Albert LONDRES, de l’écrivain Valery LARBAUD, du graveur Paul DEVAUX, d’une pionnière de l’aviation, Madeleine CHARNOT et d’Henri PEQUET qui fut le premier a avoir officiellement transporté du courrier par avion.

Mystères et légendes

Connaissez-vous l’histoire de la Mère Ibrahim qui défraya la chronique dès son arrivée à Vichy en juin 1896 ?
Malgré les recherches, on ne connait toujours pas la vraie identité de celle dont les funérailles furent grandioses et qui repose maintenant sous une simple dalle aux inscriptions incrustées de mousse.

Et ce corps embaumé qui repose dans la crypte POILPRE est-il vraiment celui d’une danseuse étoile, maîtresse de Ferdinand de Lesseps ? C’est en tout cas ce que dit la légende…

Les époques se mélangent et l’histoire défile, locale ou internationale. Si on trouve bien sûr beaucoup de familles de la région, le cimetière de Vichy est aussi la dernière demeure de nombreux étrangers.
Certains se sont installés à Vichy à la fin de leur vie, alors que d’autres sont décédés pendant leur cure ; tous reposent à jamais dans la cité thermale.