Faites une cure musicale à Vichy

"Une cure musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy, jusqu'au 15 décembre 2019
Par défaut

Le Musée de l’Opéra de Vichy n’est peut-être pas très grand, mais la qualité de ces expositions n’est plus à démontrer. Cette fois, c’est une cure musicale qui vous est proposée, jusqu’au 15 décembre 2019.

Musique et thermalisme

« On fait beaucoup de musique à Vichy, pendant la saison. Les baigneurs vaquent aux soins de leur cure avec accompagnement d’orchestre, et cela, pour leur plus grand bien, car les vertus hygiéniques de la musique sont depuis longtemps reconnues et consacrées. »

Journal de Vichy, lundi 3 juin 1901

Indissociable du séjour du curiste, la musique l’accompagne tout au long de la journée. Car venir prendre les eaux, c’est aussi venir se divertir. Cela fait même partie du traitement et les médecins conseillent de se « tenir en gaité ».
Une prescription agréable que ne manquent pas de suivre les curistes, qui sont nombreux à s’abonner aux spectacles pour la durée de leur séjour.
Vous prendrez bien, vous aussi, une dose de gaité ? Nous vous recommandons pour cela la visite de la très belle exposition du Musée de l’Opéra de Vichy, « Une Cure Musicale à Vichy ».

"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019

Naissance de l’Opéra de Vichy

Au début du XIXe siècle, les soins et les divertissements se passent au même endroit. L’établissement de première classe propose, en plus des espaces de soins, des salons dédiés aux jeux, aux bals et aux spectacles.
C’est après le premier séjour de Napoléon III en 1861, que la cité thermale va se transformer. L’Empereur souhaite qu’elle devienne la première station thermale européenne, et lance une série de travaux (aménagement urbain, parcs, …). Un casino est inauguré en 1865, séparant ainsi les soins des divertissements. Ce nouveau lieu propose en plus une salle de théâtre et permet donc d’assister à des pièces de théâtre et à de petites œuvres lyriques.

"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019

A la fin du XIXe siècle, le casino (d’une capacité d’environ 1200 places) est trop petit et on pense à le transformer. Il faudra cependant attendre 1898 et les propositions de Charles Le Cœur pour qu’il soit agrandi et qu’une nouvelle salle soit construite dans son prolongement : l’Opéra de Vichy.

"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019

L’atelier de décor du Grand Casino

L’atelier est crée dès l’agrandissement du Casino et réalise l’ensemble des décors pour les nombreuses représentations. Il était situé derrière la gare et un grand magasin permettait de stocker les châssis et toiles de grandes dimensions.

Tout commençait par un croquis, d’après le livret d’opéra et les indications du metteur en scène. Puis un dessin plus détaillé et en couleur donnait un premier aperçu de chaque tableau du spectacle. Le décorateur réalisait ensuite une maquette en volume à l’échelle de 3 centimètre pour un mètre. Le projet validé pouvait ensuite être reproduit à la taille définitive sur d’immenses toiles tendues sur des châssis, et peintes à même le sol.
Grâce aux collections du Musée de l’Opéra de Vichy, on peut voir les différentes étapes de conception des décors par l’atelier.

Tout est fait pour que le plaisir ne quitte jamais les curistes

Durant la première moitié du XXe siècle, Vichy est sans conteste la « Reine des villes d’eaux » et attire, l’été, le monde entier.

La saison débute en mai, avec deux concerts quotidiens dans la salle des fêtes du Casino. A partir du 1er juin, il y a une représentation par jour au théâtre du Grand Casino avec de l’art lyrique et des comédies en alternance, précédés de trois concerts quotidiens. L’orchestre est engagé pour la saison avec des musiciens de Paris ou d’orchestres de Province. Ils sont dirigés par des chefs renommés. En plus de la troupe du Grand Casino, les chanteurs sont ceux de l’Opéra, de l’Opéra-Comique ou des célébrités en représentation.
La programmation variée propose des œuvres du répertoire, mais aussi des œuvres contemporaines, parfois créées à Vichy et dirigées par leur auteur en personne.
La troupe de théâtre et les danseurs complètent cette incroyable distribution.
Vichy est la « Capitale d’été de la musique ».

"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019

La ville mise en scène

« C’est incroyable, ces villes d’eaux. Ce sont les seuls pays de féérie qui subsistent sur la terre ! En deux mois il s’y passe plus de choses que dans le reste de l’univers durant le reste de l’année. »

Maupassant, Mont-Oriol.

C’est vrai que les villes thermales ont un charme particulier.

Vichy, endormie pendant l’hiver, se réveille en été et se pare de fleurs et d’essences rares.
Les guides touristiques et les cartes postales la montrent d’ailleurs comme un écrin d’élégance et d’exotisme.
Hôtels et grands magasins sont prêt à recevoir les curistes et la ville tout entière devient un peu comme un décor de théâtre.

La saison peut commencer !

A l’affiche

Les curistes alternent les soins, les promenades et les divertissements.
Quel meilleur moyen que l’affiche pour lui proposer quotidiennement des distractions ?

On compte environ 150 affiches quotidiennes pour une saison.
L’exposition présente des affiches de la semaine du 7 au 13 juin 1920. Quel(s) spectacle(s) allez-vous choisir ?

"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019

Vichy la nuit

La cité thermale change de visage à la nuit tombée, grâce à le « fée électricité ».

La lumière est partout, les lustres scintillent et font briller les tenues des élégantes.
La lumière est aussi un élément à part entière du spectacle avec les feux d’artifice qui rendent les fêtes extravagantes.

"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019

Les théâtres de Vichy

Le Grand Casino n’est pas le seul établissement à proposer des spectacles. Le public nombreux pouvait assister à d’autres divertissements plus légers comme les opérettes, les vaudevilles ou les revues dans différents lieux, aujourd’hui disparus. Il y avait l’Éden Théâtre, devenu le Casino des Fleurs avant d’être démoli, le Théâtre de l’Alcazar, devenu l’Élysée Palace, ou le Petit Casino, devenu le Centre Culturel de Vichy.

"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019
"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019

La bibliothèque musicale

Constituée progressivement et active jusqu’au début des années 60, cette bibliothèque est aujourd’hui l’une des plus importantes en France.
Vous avez peut-être eu la chance d’y entrer lors d’une visite guidée de l’Opéra.

"Une Cure Musicale à Vichy", exposition au Musée de l'Opéra de Vichy - 2019

Une promenade dans la cité thermale d’antan

Une fois encore, le Musée de l’Opéra de Vichy recrée une atmosphère. Ce n’est pas seulement une exposition, avec la présentation de nombreux documents issus des collections du musée ou de collections particulières, c’est un vrai voyage. La scénographie est particulièrement réussie et le fond musical accompagne parfaitement la visite.

Elle vous donnera sans doute envie de vous promener dans la ville et d’assister à un concert au kiosque. Justement, le programme d’été à l’Opéra est arrivé

Exposition au musée de l'Opéra

L’exposition est proposée dans le cadre de la candidature conjointe à l’UNESCO « Great Spas of Europe » à laquelle la Ville de Vichy est associée.

Pour plus d’informations

Le site web du Musée de l’Opéra de Vichy
Sa page Facebook

Exposition jusqu’au 15 décembre 2019.
Du mardi au dimanche, de 14h à 18h (sauf jours fériés).

Sanssat, le village qui fait le show !

La Comédie musicale de Sanssat
Par défaut

La spécialité de Sanssat, c’est la comédie musicale. Étonnant pour un village d’environ 300 habitants ! Pourtant, depuis plus de 20 ans, Sanssat vous donne rendez-vous chaque été pour quatre représentations d’une comédie musicale choisie parmi les succès de Broadway.
Pour 2019, ces passionnés préparent un nouveau spectacle haut en couleurs : « Sur un air de Priscilla Folle du Désert ». Une répétition générale avait lieu le 14 avril dernier, sur la place du village.

Plus de 20 ans de spectacles

C’est en 1998 que l’idée folle de monter une vraie comédie musicale de Broadway, en plein air dans un petit village de l’Allier est née.

Le premier spectacle, monté au théâtre du village était « Les Misérables ».
Le Sanssatois Eric Prissette (musicien, artificier, …) était dans la salle ce soir-là, et il a proposé de faire le même spectacle en extérieur.
L’Association ASCM (Association Sanssatoise de Comédie Musicale) a vu le jour et un courrier a été envoyé à tous les habitants pour leur présenter le projet. Plus de 80 personnes ont répondu « présents » et des équipes ont été constituées : costumes, acteurs, décors.

Sur le site de l’association, vous pourrez retrouvez les spectacles proposés au fil des années (un nouveau spectacle tous les deux ans), et les informations sur le prochain en préparation.

Vous pouvez même réserver vos places en ligne !

Sur un air de "Priscilla folle du désert", la comédie musicale de Sanssat - 2019

L’énergie de tout un village

David Ramus, le metteur en scène, (également acteur, chanteur, danseur) les entraîne avec lui dans de longs mois de répétitions et de travail dans l’ombre. Il faut 18 mois pour monter un nouveau spectacle.

La centaine de bénévoles, grands et petits, jeunes et anciens, s’investit totalement dans ce projet pharaonique.
Tous les corps de métiers sont représentés et chacun apporte ses compétences pour traduire les chansons, réaliser les décors, les costumes, les maquillages et toutes les petites choses que l’on n’imagine pas quand on est spectateur.

Ils font tout de A à Z : chorégraphies, enregistrements, décors, costumes. Toute cette belle énergie, toutes ces journées de travail, ces soirées de répétition, donnent un spectacle de qualité professionnelle : son, lumière, chant et orchestre en live.
Tous les spectateurs sont emballés par leur prestation !

Nous n’avons pas encore eu la chance d’assister à un spectacle à Sanssat (4 représentations par an seulement), mais je fais confiance à ma copine ABC Delphine qui vous en parle sur son blog.

Répétition générale

Nous avons pu assister à la répétition générale, sur la place du village dimanche dernier. Accueillis par Angie, qui s’occupe de la communication, nous avons même pu voir les coulisses et découvrir l’envers du décor.

Quand nous sommes arrivés, David, Damien et Antoine étaient au maquillage depuis une heure et demi. Leur transformation était presque terminée, grâce à Iness, Fiona et Clarisse, les maquilleuses venues rejoindre la troupe pour ce nouveau spectacle.

Tout le monde venait voir le résultat et prendre des photos. Dans la salle des fêtes, c’était l’effervescence. On répétait quelques pas de danse, pendant que les couturières et les habilleuses vérifiaient les costumes. On prenait du retard et il fallait encore faire les photos pour l’affiche. Les coulisses d’un show quoi !

Pour nous, c’était génial de pouvoir assister à ces moments. On pouvait aller et venir et prendre des photos et nous en avons bien profité.

Nous avons surtout pu sentir l’énergie et la bonne humeur de toutes ces personnes réunies pour réaliser ensemble un vrai spectacle.
Les trois acteurs principaux, avec leurs maquillages, leurs énormes coiffes en fleurs et leurs costumes incroyables se sont rapidement retrouvés face à une foule de paparazzi (dont nous faisions partie).


Dehors, les musiciens étaient prêts et après quelques essais de micros et de son, la répétition a commencé.

Tous les costumes ne sont pas encore terminés, et le décor est encore dans l’atelier (ils construisent le bus !), la scène était représentée par des chaises. Mais pour le reste, c’était dans les conditions du spectacle, avec les changements de costumes, le chant et la musique en live.


Nous nous sommes éclipsés à la fin du premier acte, les laissant répéter sans doute jusqu’à pas d’heure. Presque une semaine après, nous parlons encore de la formidable énergie de ce village. On ira voir le spectacle cet été et on vous conseille vivement de faire de même.

Et on voulait dire un grand bravo à tous ces bénévoles !
Que ce soit les acteurs et danseurs qui seront bientôt sous les projecteurs, ou les petites mains qui travaillent dans l’ombre, tous se donnent sans compter pour que tout soit parfait le jour J.

On est fan de Sanssat !

Plus d’informations

Sur le site Sanssat Comédie Musicale vous trouverez toutes les infos sur les spectacles (les coulisses, le casting, la revue de presse). Suivez-les également sur leur page Facebook pour ne rien manquer de leur actu.

Sur un Air de Priscilla Folle du Désert
4 représentations à Sanssat, les 28, 29 juin et 5, 6 juillet 2019.

[ Concert ] The King’s Singers à l’opéra de Vichy

The King's Singers à L'Opéra de Vichy
Par défaut

Les King’s Singers, sont officiellement nés il y a cinquante ans. Leur tournée anniversaire a fait escale à Vichy cet après-midi, devant un public de fidèles, ou, comme nous, simplement tenté par la programmation éclectique de l’Opéra de Vichy.

Les King’s Singers nous enchantent

Prenez six chanteurs qui interprètent un répertoire varié a capella, installez-les sur la scène de l’Opéra de Vichy un dimanche après-midi pluvieux, et laissez opérer le charme.

Les King’s Singers, formés par six jeunes choristes diplômés du King’s College de Cambridge, ont fêté leurs cinquante ans en 2018. Depuis leur création, ce groupe est toujours composé de deux contre-ténors, un ténor, deux barytons et une basse.

Leur répertoire s’étend de la musique de la renaissance à une époque plus moderne.
Ainsi, Saint-Saëns, Brahms ou les Beatles, mais aussi des chants folkloriques, composent le programme de leurs concerts. Ils interprètent aussi des morceaux créés pour eux par des compositeurs contemporains.

Dans le bel écrin de notre opéra, avec la salle légèrement éclairée par les lumières de l’avant-scène, et l’harmonie de ces morceaux a capella, nous avons vécu un moment hors du temps…un dimanche à Vichy.

[ Expo ] Comédies musicales ♫ au CNCS ♫♫

Expo Comédies Musicales au CNCS
Par défaut

Après l’expo « Contes de fées » et ses records de fréquentation, c’est en musique et en dansant que vous découvrirez l’univers des comédies musicales. Encore une superbe exposition imaginée par le Centre National du Costume de Scène de Moulins !

♫ Un air de Brodway souffle sur le CNCS ♫♫

Au fil des salles, on plonge dans l’univers d’une vingtaine de comédies musicales qui ont marquées l’histoire de ce genre. On se retrouve alors au casting de 42nd Street, dans l’atelier où sont confectionnés les costumes de My Fair Lady ou devant les néons de Follies.

L’envers du décor

La scénographie conçue par Philippine Ordinaire et Olivier Coquet, nous entraine dès l’entrée dans les différentes étapes de création d’un spectacle. On suit les flèches constituées d’ampoules et on se perdrait presque dans le labyrinthe des panneaux bruts d’un décor vu des coulisses.

Une manière d’évoquer l’effervescence de la vie en « backstage », où tout se passe à un rythme effréné pour les changements de costumes, pendant que le spectacle se joue sur la scène.

On prend conscience du travail de préparation. Tous ces mois à imaginer les costumes, les castings, les chorégraphies, les répétitions jusqu’au soir de la première.

Pour ceux qui n’ont pas encore vu l’expo, attention, car cet article comporte de nombreuses photos. N’allez pas plus loin si vous souhaitez garder la surprise.

Expo Comédies Musicales au CNCS

Plus de cent costumes

Avec la diversité des livrets et des mises en scènes, souvent étonnantes, de nombreuses époques sont représentées. On retrouve aussi bien sûr les chapeaux, plumes et strass des revues et music-hall.
Si les paillettes et les couleurs étincelantes sont là, la vitrine noir et blanc (et fils d’argent) de Singin’in the rain, qui fait référence au cinéma muet, est magnifique et particulièrement graphique.

Quel incroyable travail des costumiers de ces productions, qui doivent chaque fois relever le défi de laisser aux danseurs une grande liberté de mouvements, et créer un nombre important de tenues pour l’ensemble de la troupe.

Tous ces costumes proviennent de théâtres, en particulier le Théâtre du Châtelet, partenaire de l’événement, mais aussi le Théâtre Mogador ou l’Opéra de Toulon qui programment régulièrement des comédies musicales.

Une exposition immersive et ludique

Comme toujours, le CNCS sait nous prendre par la main et nous plonger vraiment dans le thème de l’exposition. Dans chaque salle, on peut voir des extraits des spectacles. Comment résister à ce morceau de décor de Singin’in the rain et à ces cirés et parapluies qui n’attendent que vous pour une petite photo ? Un peu plus loin, ce sont les boas et chapeaux haut de forme qui vous donneront des allure de cabaret.

Fan de comédies musicales

L’envie de faire des claquettes, ou tout autre pas de danse, vous prendra sans doute avant la fin de votre visite et vous quitterez le CNCS avec un air dans la tête qui vous accompagnera quelques temps. C’est mon cas, alors que j’écris cet article ♫♫♫.
Vous ne résisterez peut-être pas non plus à l’envie de voir (ou revoir) des comédies musicales.

Expo Comédies Musicales au CNCS

La Comédie Musicale de Sanssat

Justement, nous avons la chance d’avoir dans notre région, l’Association Sanssatoise de Comédie Musicale. Une centaine de bénévoles, animés par une passion commune « La Comédie Musicale », interprètent,depuis plus de 20 ans, à Sanssat, les spectacles de Broadway, traduits en français.
En 2019, la folie continue avec Priscilla Folle du Désert, les 28 et 29 juin et les 5 et 6 Juillet.

Et dans le cadre de l’exposition, vous pouvez assister au spectacle de 2018, Sur un Air de Jersey Boys, à l’occasion d’un diner-spectacle le 1er février 2019.

Plus d’informations

Exposition Comédies Musicales jusqu’au 28 avril 2019 au CNCS de Moulins.

Le site du CNCS
Sa page Facebook
Son compte Twitter
Son compte Instagram

L’expo « Comédies musicales » sur le site du CNCS
Les collections du CNCS en numérique
Le CNCS sur Google Arts & Culture

[ spectacle ] Winterreise à l’Opéra de Vichy

Winterreise, Le Voyage d’Hiver à l'Opéra de Vichy
Par défaut

Hier soir, j’ai fait un voyage. Un voyage d’hiver, dans la neige et le vent. Un voyage en musique dans cette salle de l’Opéra de Vichy que j’aime tant. Un voyage poétique et envoutant.

Difficile d’en parler avec des mots… alors voici une petite vidéo pour commencer :

Schubert revisité

Sur la scène, un piano et quelques projecteurs.
Le baryton-basse Philippe Sly, et les quatre musiciens (un violon, une clarinette, un trombone et un accordéon) qui l’accompagnent tout au long de ce voyage, revisitent le cycle de vingt-quatre lieder de Franz Schubert, écrite à l’origine pour piano et voix.

Les ombres démesurées projetées sur les murs, le cheminement du chanteur et des musiciens sur la scène presque vide, les effets de clair-obscur de la mise en scène de l’américain Roy Rallo, tout nous plonge dans une atmosphère glacée, de solitude et de chagrin.

J’ai beaucoup aimé cette interprétation, dense et poétique de ce Voyage d’Hiver.
De petits textes étaient projetés et permettaient de suivre le récit.
J’avoue que, ne connaissant pas l’œuvre aussi bien que mes voisins, j’ai apprécié ce petit détail (demandé par l’Opéra de Vichy) .

Winterreise, Le Voyage d’Hiver à l'Opéra de Vichy

Un échange avec les artistes

A la fin du spectacle, les artistes sont venus s’assoir au bord de la scène, pour un échange avec le public. Les questions et les remarques de la salle ont d’ailleurs suscité des discussions entre les spectateurs, qui a de rares exceptions ont beaucoup aimé cette interprétation.
« Schubert aurait aimé ! » a lancé une spectatrice au cours de ces échanges animés.

Winterreise, Le Voyage d’Hiver à l'Opéra de Vichy

Je suis rentrée en frissonnant, sans savoir si c’était en raison de la météo vichyssoise ou le souvenir de ce voyage d’hiver. Encore une soirée que je n’oublierai pas, à l’Opéra de Vichy.

En bonus, le rideau de scène

Et j’ai pu enfin admirer le rideau de scène de l’Opéra de Vichy !
C’est la toute première fois que je le vois (il était en panne) et il est vraiment magnifique !
C’était aussi la première fois que je voyais la scène dans cette configuration, avec la fosse d’orchestre relevée pour prolonger la scène.

Opéra de Vichy

[ expo ] Reynaldo Hahn, la musique retrouvée

Reynaldo Hahn, la musique retrouvée
Par défaut

Le Musée de l’Opéra de Vichy propose chaque année, de mai à décembre une exposition différente. En 2018, il met à l’honneur le compositeur et musicien Reynaldo Hahn, avec une belle évocation de l’univers musical et esthétique de l’auteur de Ciboulette.

Un compositeur un peu oublié

Son nom ne vous dit peut-être rien. J’avoue d’ailleurs que je ne savais rien de lui avant de pousser la porte du Musée de l’Opéra de Vichy, même si certaines de ses compositions ne me sont pas inconnues.
Reynaldo Hahn avait une renommée internationale. Mais il a été trop souvent relégué au rang de « musicien de la Belle-Époque » et associé au goût de l’opérette des Années Folles. Et pourtant, quel personnage ! et quelle vie !

Une vie en musique

Enfant-prodige (sa première partition est éditée à compte d’auteur par ses parents quand il avait huit ans), élève de Massenet, Reynaldo Hahn touche à tous les genres (opéra, ballets, mélodies, concerto, musique de chambre) et devient très vite un compositeur réputé. Il fréquente les salons dès son plus jeune âge et devient intime de grandes personnalités artistiques comme Sarah Bernhardt ou Marcel Proust, dont il est l’un des rares proches à pouvoir se rendre chez lui sans devoir se faire annoncer.

Compositeur, pianiste, chef d’orchestre, chanteur, mais aussi critique et essayiste, Reynaldo Hahn semble avoir eu mille vies.

Dans l’intimité de Reynaldo Hahn

Plus qu’une visite d’expo, le Musée de l’Opéra de Vichy vous plonge dans l’univers de Reynaldo Hahn, puisque son bureau (qui avait toujours la même configuration dans ses différents appartements) et son salon (il aimait recevoir) ont été reconstitués.
Son piano, son nécessaire à écrire et à fumer, ses correspondances, des photos, des partitions, des manuscrits sont là aussi, comme autant de témoignages émouvants sur cet homme à la vie passionnante.

Provenant des fonds de la famille de Reynaldo Hahn et de collections particulières, les objets présentés et la belle scénographie de cette exposition, nous donnent un peu l’impression d’avoir été conviés chez Reynaldo Hahn, au milieu de ses objets préférés.

Une expérience inédite très agréable, avec en fond sonore quelques une de ses compositions, échappées d’un ancien poste de radio, et un témoignage de Eva de Vengohechea, sa petite nièce.
Il y a même le carillon d’une horloge (un air composé par Reynaldo Hahn) qui ponctue la visite.

Reynaldo Hahn à Vichy

Il connaissait bien Vichy, où il s’est produit et où sa musique a été jouée très souvent.
Reynaldo Hahn appréciait tellement l’eau de Vichy qu’il s’en faisait envoyer au front pendant la Première Guerre Mondiale, et on retrouve la célèbre bouteille sur sa table. J’ai aussi aperçu dans son bureau un guide de Vichy et une boite de pastilles.

J’ai quitté, un peu à regret cette très belle exposition, heureuse d’avoir (re)découvert ce compositeur.

L’exposition au Musée de l’Opéra de Vichy est la première d’envergure à lui être dédiée.

L’exposition est présentée jusqu’au 16 décembre 2018, du mardi au dimanche de 14h à 18h sauf jours fériés.

Pour plus d’informations

Le site web du Musée de l’Opéra de Vichy
Sa page Facebook

Le site reynaldo-hahn.net, créé par des passionnés et la page Facebook de l’Association Reynaldo Hahn.

Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra font danser l’Opéra de Vichy

Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra font danser l’Opéra de Vichy
Par défaut

Hier soir avait lieu le tout premier concert de cette saison 2018-2019 de l’Opéra de Vichy et du Centre Culturel de Vichy. Une saison éclectique avec 42 spectacles, mêlant musiques actuelles, opéra, danse, théâtre de boulevard, théâtre contemporain, théâtre musical et humour.

Une ouverture en fanfare pour cette saison 2018-2019

Emir Kusturica et sa bande de joyeux drilles sont arrivés sur scène déguisés en guérilleros avec d’énormes sombreros sur la tête et ont immédiatement donné le rythme de cette soirée incroyable.

De notre place, au deuxième balcon, nous avons vu progressivement la salle se mettre à bouger sur les morceaux qui s’enchainaient, musiques des films d’Emir Kusturica, et extraits du dernier album « Corps diplomatique ».

Petit à petit, le public est venu danser devant la scène. Un spectacle inhabituel pour une salle d’opéra, mais qui montre bien la variété du spectacle vivant et annonce une saison à Vichy pleine d’énergie et de moments d’exception. Prochain rendez-vous pour moi le 7 octobre avec le ballet « Tristan & Isolde ».

Un petit tour en musique à Montluçon : le MuPop

Visite du MuPop à Montluçon
Par défaut

Je ne connaissais pas le MuPop, ni Montluçon. Mais grâce à Allier Tourisme, qui a organisé une visite pour les Ambassadeurs de l’Allier, je peux vous assurer que vous ressortirez enchanté de ce surprenant musée, que vous soyez ou non musicien.

Du Musée de la Vielle au Musée des Musiques Populaires

Avant l’ouverture du MuPop en 2013, c’est au château que l’on pouvait visiter un musée présentant l’histoire locale au travers de différentes collections (souvent reçues en donations). La collection de vielles s’étant considérablement enrichie au cours des années 70/80, le musée de Montluçon va devenir un musée de la vielle. En 1993, une importante collection de cornemuses vient élargir le champ musical traditionnel présenté au musée. la suite…

Les Flamboyantes de Cusset

Les Flamboyantes 2018 - Cusset
Par défaut

Ce n’est que la 4e édition, pourtant Les Flamboyantes sont déjà incontournables parmi les fêtes médiévales de la région. C’était une première pour nous qui avons passé une partie du samedi à Cusset.

Une ouverture au canon

Le lancement officiel des Flamboyantes se fait traditionnellement par un coup de canon. Nous étions là, mais j’avoue que nous n’avons rien entendu, trop occupés sans doute à discuter cotte de maille, flèche et armure avec La Mesnie des Leus, venus d’Orléans. la suite…

[ LECTURE ] Jazz dans le bocage Carnet d’un Festival

Par défaut

Au mois de mars, je vous parlais du festival Jazz dans le bocage et d’un beau projet de livre. La campagne Ulule avait permis de récolter les fonds nécessaires et A l’eau de Vichy, fan de carnet de voyage, avait bien sûr participé.

Il est arrivé !

Ce matin dans la boite aux lettres : une enveloppe avec de beaux timbres, des cartes postales et le livre tant attendu, accompagné d’un petit mot. la suite…